Les groupes de deuil

Lorsque l’on traverse la douloureuse épreuve du deuil, il peut être plus facile de parler de sa souffrance à des inconnus que de partager ses sentiments avec famille et amis. La pudeur, la gêne, la culpabilité ou encore le simple fait que les proches sont également touchés par la perte entravent en effet la libération des émotions par la parole. Heureusement, d’autres exutoires existent, des forums internet à l’écoute par téléphone en passant par le soutien thérapeutique individuel. Un seul conjugue cependant un encadrement de qualité à la convivialité et à la confidentialité : il s’agit des groupes de deuil, des groupes de paroles réunissant des personnes endeuillées autour d’un ou de plusieurs animateurs. 

Se confronter à des personnes qui vivent la même épreuve

Tout d’abord apparus dans les unités de soins palliatifs, les groupes de deuil visent à accompagner tous ceux qui ont du mal à accepter la disparition d’un parent, enfant, ami ou conjoint, des semaines, des mois, voire même des années après le décès. Il existe plusieurs types de groupes de parole ; certains adoptent un fonctionnement ouvert : vient qui veut, quand il veut. D’autres sont plus fermés et nécessitent, en plus d’une inscription, l’assiduité à un certain nombre de séances. Certains groupes, enfin, sont spécialisés, et réunissent des catégories particulières d’endeuillés : les veufs et les veuves, les orphelins, ou encore les parents qui ont perdu un enfant. Cela permet à tous les participants d’avoir un langage commun, et de faciliter les discussions.  Enfin, pour que la fréquentation d’un groupe de deuil soit profitable, il faut que celui-ci soit dirigé par une personne compétente, qu’elle soit psychologue ou tout simplement rompue à l’animation de ce type de réunion. La convivialité est un élément essentiel ; la salle et l’ambiance doivent être accueillantes. La bienveillance est également la règle, et les participants doivent se retenir de juger ou de critiquer les autres. Il faut, par ailleurs, respecter la confidentialité, qui garantit une parole franche et libre. 

Apprendre par l’écoute

Bien entendu, chacun est différent et les parcours des participants sont forcément très variés, mais le simple fait d’avoir vécu un deuil rapproche les uns des autres. Les langues se délient et on partage ses impressions, sa tristesse, ses symptômes et ses idées noires. Au fil des séances, on apprend bien des choses sur le deuil en écoutant les différents participants : comment gérer la culpabilité et la colère, comment supporter le regard des autres ou encore comment vivre les fêtes de fin d’année. Des sujets plus concrets, comme l’héritage ou les affaires du défunt, sont également abordés, et, ensemble, les participants essaient de trouver des réponses à ces questions douloureuses. 

Sortir de l’isolement

Même si le deuil est avant tout un processus intérieur, il n’est pas bon d’être isolé. Si les groupes de deuil sont si efficaces, c’est parce qu’ils réduisent la marginalisation des personnes en souffrance et leur permettent même de se resocialiser. Plusieurs études montrent que ces groupes de parole ont un véritable effet préventif, vis-à-vis de l’alcoolisme et du suicide notamment. Tout en réconfortant les endeuillés, ils permettent d’exprimer des émotions refoulées et d’effectuer un travail sur soi, sans que jamais les participants n’aient l’impression d’être considérés comme des malades.

 Image: Flickr Creative Commons/55Laney69

Cartes de Condoléances

Le deuil est le prix que nous payons pour l'amour
Le deuil est le prix que nous payons pour l'amour.
Tu n'es plus là où tu étais mais tu es partout là où je suis (Victor Hugo)
Parfois, je n'arrive pas à croire que tu as disparu...
Si le cœur s'éteint, le souvenir reste.
Quand quelqu'un qu'on aime devient un souvenir, le souvenir devient un trésor.
Avec vous, sincères condoléances.
Sans les arbres dans lesquels il joue, le vent resterait invisible. (C. Singer)
L'amour ne disparaît jamais... la mort n'est rien. (Saint Augustin)
On n'oublie jamais une personne, on s'habitue seulement à son absence.
Une partie de moi disparue à jamais, une partie de toi pour toujours en moi.
Le malheur de l'avoir perdu ne doit pas nous faire oublier le bonheur de l'avoir connu.
Il y a quelque chose de plus fort que la mort, c'est la présence des absents, dans la mémoire des

Condoléances: Articles

L’offrande de fleurs de deuil permet d’exprimer des émotions que les mots même ne sauraient jamais décrire avec toute la
Depuis des siècles, les fleurs sont devenues des moyens pour honorer la mémoire d’un disparu. Elles permettent d’accompagner vos proches
Rien ne vous empêche de présenter vos condoléances à votre patron
Beaucoup de personnes ont du mal à présenter leurs condoléances après un décès. Il  y a aussi d'autres qui éprouvent
Même plusieurs années après une cérémonie funèbre, il est toujours opportun de se souvenir du décès des personnes chères. L’anniversaire

Condoléances: Messages

Prévenu trop tard pour pouvoir assister à la cérémonie d'adieu, je tiens à ce que vous sachiez que nous prenons part à votre
Le deuil inattendu qui vous frappe m’émeut profondément. Je voudrais pouvoir prendre une grande part à votre souffrance et alléger,
La perte d'un être cher n'est jamais facile, s'il ya quelque chose que je peux faire, s'il vous plaît n'hésitez
Toutes nos pensées pour vous aider à dépasser l'immense vide laissé par la perte de votre père / mère /

Condoléances: Citations

 La plus grande charité envers les morts, c'est de ne pas les tuer une seconde fois en leur prêtant de
 Et mort on n’est pas mieux dans l’or que dans la boue. 
 Seul celui qui a franchi la lisière de la mort pourrait enseigner, seul il sait. 
 La vigilance est le chemin du royaume immortel. La négligence celui qui conduit à la mort. 

Condoléances: Poèmes

Je songeais, sous l'obscur de la nuit endormie, Qu'un sépulcre entr'ouvert s'apparaissait à moi. La Mort gisait dedans toute pâle
Cher ami, le trépas est-il bien aussi sombre  Qu'un vain peuple le pense ? Et l'onde aux sombres bords,  Est-elle
Si la vierge vers toi jette sous les ramures  Le rire par sa mère à ses lèvres appris ;  Si,
À Madame Sureau-Bellet.  I. L'hirondelle frileuse au loin s'était enfuie. Sous les dernières fleurs, les papillons mouraient. Près des étangs voilés où crépitait la