Coquetterie posthume

Quand je mourrai, que l’on me mette, 
Avant de clouer mon cercueil, 
Un peu de rouge à la pommette, 
Un peu de noir au bord de l’oeil.

Car je veux dans ma bière close, 
Comme le soir de son aveu, 
Rester éternellement rose 
Avec du kh’ol sous mon oeil bleu.

Pas de suaire en toile fine, 
Mais drapez-moi dans les plis blancs 
De ma robe de mousseline, 
De ma robe à treize volants.

C’est ma parure préférée ; 
Je la portais quand je lui plus. 
Son premier regard l’a sacrée, 
Et depuis je ne la mis plus.

Posez-moi, sans jaune immortelle, 
Sans coussin de larmes brodé, 
Sur mon oreiller de dentelle 
De ma chevelure inondé.

Cet oreiller, dans les nuits folles, 
A vu dormir nos fronts unis, 
Et sous le drap noir des gondoles 
Compté nos baisers infinis.

Entre mes mains de cire pâle, 
Que la prière réunit, 
Tournez ce chapelet d’opale, 
Par le pape à Rome bénit :

Je l’égrènerai dans la couche 
D’où nul encor ne s’est levé ; 
Sa bouche en a dit sur ma bouche 
Chaque Pater et chaque Ave.

 

Théophile Gauthier

Cartes de Condoléances

Le problème, c'est que vous pensez avoir le temps.
Le problème, c'est que vous pensez avoir le temps.
Tu ne sais jamais à quel point tu es fort, jusqu'au jour où être fort reste ta seule option.
Tu ne sais jamais à quel point tu es fort, jusqu'au jour où être fort reste ta seule option.
Avec vous, sincères condoléances.
Une partie de moi disparue à jamais, une partie de toi pour toujours en moi.
Le temps ne guérit pas toujours la douleur, mais il t’apprend parfois à vivre avec.
Le temps ne guérit pas toujours la douleur, mais il t'apprend parfois à vivre avec. Utiliser ce modèle de carte
Le temps passe, les souvenirs s'estompent, les sentiments changent, les gens nous quittent, mais le coeur n'oublie jamais.
Lorsque nous perdons quelqu'un que nous aimons, il semble que le temps s'arrête.
Beaucoup de bons souvenirs me reviennent alors que je pense à notre cher disparu. Que l'amour de la famille et
Parfois, je n'arrive pas à croire que tu as disparu...
Toute ma vie je me souviendrai de sa gentillesse. Je suis de tout coeur avec vous.
Nous comprenons la mort uniquement après qu’elle ait mis les mains sur une personne que nous aimons
Nous comprenons la mort uniquement après qu'elle ait mis les mains sur une personne que nous aimons. (Anne L. de
La vie est éphémère, mais le souvenir d'un être cher reste.

Condoléances: Articles

A l’heure où les emails, SMS, blogs et réseaux sociaux sont devenus des moyens d’expression comme les autres, le deuil
Quelques règles élémentaires sont à respecter pour présenter ses condoléances en personne aux proches d'un défunt :Soyez présent. Éteignez votre
Eloigner l’enfant ne signifie pas le protégerDans notre société, la mort est devenue un tabou, ce qui se manifeste tout
Vivre le suicide d’un proche, c’est entamer un deuil particulier et compliqué. Comment en effet pleurer la mort de quelqu’un

Condoléances: Messages

Je veux m’associer à tous ceux qui prennent part à votre affliction. Veuillez recevoir mes condoléances très sincères et croire
Veuillez accepter mes condoléances, sachez simplement que je suis ici pour vous, s'il vous plaît n'hésitez pas à m'appeler, surtout
Votre (père, mère, époux...) va beaucoup nous manquer. Que son âme repose en paix. Sincères condoléances de la famille de
Nous n’en avons pas cru nos yeux en lisant le faire-part de décès. Il a donc fallu que sa vie

Condoléances: Citations

 L'hérétique n'est pas celui que le bûcher brûle, mais celui qui l'allume.  
 Heureux qui peut dormir sans peur et sans remords Dans le lit paternel, massif et vénérable, Où tous les siens
La maladie, la vieillesse, la mort, trois grandes humiliations pour l'homme.
 La terre entière, continuellement imbibée de sang, n'est qu'un autel immense où tout ce qui vit doit être immolé sans

Condoléances: Poèmes

Demain, dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne,  Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m'attends.  J'irai par la
Puisqu'ils n'ont pas compris, dans leur étroite sphère,  Qu'après tant de splendeur, de puissance et d'orgueil,  Il était grand et
Voici la mort du ciel en l'effort douloureux Qui lui noircit la bouche et fait saigner les yeux. Le ciel
Comme un dernier rayon, comme un dernier zéphyre Anime la fin d'un beau jour, Au pied de l'échafaud j'essaye encor