Cinq conseils pour aider un parent en deuil

Lorsque l’on perd un parent, la douleur est double : d’un côté, l’enfant doit faire face à son propre chagrin, et, de l’autre, il doit accompagner le parent survivant à faire son deuil. Si vous avez perdu votre père ou votre mère, voici cinq conseils qui pourront vous aider à mieux gérer votre quotidien et celui de votre parent survivant. 

  1. Souvenez-vous que chacun fait son deuil à son rythme. Perdre un parent n’est pas la même chose que perdre un conjoint : il est donc inévitable que votre deuil soit différent de celui de votre père ou de votre mère. Vous trouverez peut-être que votre père fait son deuil « trop rapidement », parce que, par exemple, il s’est débarrassé de toutes les affaires de votre mère au cours du mois qui a suivi le décès. Ne le jugez pas : cela ne signifie pas qu’il a tourné la page. Parfois, et surtout dans le cas de longues maladies, il est possible que le deuil soit « à retardement », et ne surgisse qu’après une période de déni. 
  2. Faites attention à sa santé. Le deuil est une période de stress et d’épuisement intense, qui porte bien souvent un coup dur au système immunitaire. Des rhumes à répétition, insomnies, migraines et autres petits maux du quotidien peuvent apparaitre, ainsi que des problèmes plus lourds. Soyez attentif à la santé et de votre parent ; prenez les choses en main, fixez des rendez-vous chez le médecin, et assurez-vous qu’il y aille bien. 
  3. Veillez à ce qu’il ou elle respecte sa routine quotidienne. Il est essentiel que votre parent retrouve un quotidien organisé, fasse trois repas par jour et sorte de la maison régulièrement. Si vous habitez trop loin, demandez à un voisin ou à un ami d’aller rendre visite à votre mère ou à votre père, ou de l’emmener se promener de temps en temps. 
  4. Ne dramatisez pas. Certains signes peuvent paraitre tout à fait alarmants. Une personne qui a perdu son conjoint, et dont le quotidien est complètement désorganisé, peut ainsi sembler perdre la mémoire. Il peut donc arriver que votre père oublie un rendez-vous ou un anniversaire, perde ses clés ou oublie de signer les chèques qu’il envoie. Soyez patient, et rassurez votre parent. Pour l’aider, laissez-lui des pense-bêtes, ou dites-lui d’écrire les tâches qu’il a à faire chaque jour. 
  5. Prenez soin de vous. Accompagner un parent dans son deuil signifie assumer de nombreuses responsabilités : vous devez organiser les funérailles, vous occuper de l’aspect administratif du décès et parfois même trouver une nouvelle solution d’hébergement pour votre parent survivant. Non seulement tout cela demande beaucoup de temps et d’énergie, mais cela peut vous forcer à mettre votre chagrin de côté ou à vous laisser aller. N’hésitez pas à demander de l’aide à votre entourage, mangez bien, faites de l’exercice, et parlez de vos sentiments. Et attendez-vous à avoir des idées noires et à vous questionner sur votre propre mort : c’est tout à fait normal. Perdre un de nos parents nous rappelle que nous ne sommes plus des enfants, et nous fait inévitablement penser à notre propre mortalité.

Cartes de Condoléances

"Le vrai tombeau des morts, c'est le coeur des vivants" (Jean Cocteau)
Parler de ses peines, c'est déjà se consoler
Parler de ses peines, c'est déjà se consoler (A. Camus)
Après tout ce temps ... Tu me manques encore chaque jour.
Le Deuil n'est pas l'absence d'Amour, le Deuil est la preuve que l'Amour est toujours là.
Une partie de moi disparue à jamais, une partie de toi pour toujours en moi.
Le souvenir, c'est la présence invisible. (V. Hugo)
L'amour ne disparaît jamais... la mort n'est rien. (Saint Augustin)
Le malheur de l'avoir perdu ne doit pas nous faire oublier le bonheur de l'avoir connu.
Lorsque nous perdons quelqu'un que nous aimons, il semble que le temps s'arrête.
Beaucoup de bons souvenirs me reviennent alors que je pense à notre cher disparu. Que l'amour de la famille et
Tout disparaît en un clin d’oeil, pardonnez souvent, aimez de tout votre coeur.
Tout disparaît en un clin d'oeil, pardonnez souvent, aimez de tout votre coeur.
Parfois, je n'arrive pas à croire que tu as disparu...

Condoléances: Articles

Faites vous accompagner pour organiser les funérailles
Quand quelqu'un meurt, notre monde est plongé dans la tourmente. L’avalanche d’anxiété soulève un millier de questions différentes. Que faut-il
La mort d’un bébé fait partie des expériences les plus traumatisantes. Les parents vivent une épreuve terrible et ont souvent
Les fleurs ont une valeur symbolique. Elles peuvent transmettre des émotions et représentent également l’espoir de la renaissance de l’âme
Attendre la vie et connaitre la mort à la place est beaucoup plus répandu que l’on ne le pense. Le

Condoléances: Messages

Toutes nos pensées pour vous aider à dépasser l'immense vide laissé par la perte de votre père / mère /
Nous voulons vous dire combien nous nous sentons proches de vous au moment où la peine envahit votre coeur.
C'est avec une grande tristesse que j'ai appris le décès soudain de (nom de la personne). En ces moments difficiles
C'est avec une immense tristesse que nous vous présentons nos plus sincères condoléances. Je garderai toujours à l'esprit l'image d'une

Condoléances: Citations

 La naissance est une guillotine.  
 Entre gens de même sincérité, point besoin de serments. Il suffit d'une phrase fermement dite.  
J'arrive au temps des échéances. J'ai dépensé ma vie qui n'est jamais qu'un prêt et qu'il faut rendre à la
 L'homme est un animal qui a la faculté de penser quelquefois à la mort. 

Condoléances: Poèmes

Cher ami, le trépas est-il bien aussi sombre  Qu'un vain peuple le pense ? Et l'onde aux sombres bords,  Est-elle
Mère, quel doux chant me réveille ? Minuit ! c'est l'heure où l'on sommeille. Qui peut, pour moi, venir si tard Veiller et
Demain, dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne,  Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m'attends.  J'irai par la
L'heure de ma mort, depuis dix-huit mois,  De tous les côtés sonne à mes oreilles,  Depuis dix-huit mois d'ennuis et
Copy link
Powered by Social Snap