Cinq conseils pour aider un parent en deuil

Lorsque l’on perd un parent, la douleur est double : d’un côté, l’enfant doit faire face à son propre chagrin, et, de l’autre, il doit accompagner le parent survivant à faire son deuil. Si vous avez perdu votre père ou votre mère, voici cinq conseils qui pourront vous aider à mieux gérer votre quotidien et celui de votre parent survivant. 

  1. Souvenez-vous que chacun fait son deuil à son rythme. Perdre un parent n’est pas la même chose que perdre un conjoint : il est donc inévitable que votre deuil soit différent de celui de votre père ou de votre mère. Vous trouverez peut-être que votre père fait son deuil « trop rapidement », parce que, par exemple, il s’est débarrassé de toutes les affaires de votre mère au cours du mois qui a suivi le décès. Ne le jugez pas : cela ne signifie pas qu’il a tourné la page. Parfois, et surtout dans le cas de longues maladies, il est possible que le deuil soit « à retardement », et ne surgisse qu’après une période de déni. 
  2. Faites attention à sa santé. Le deuil est une période de stress et d’épuisement intense, qui porte bien souvent un coup dur au système immunitaire. Des rhumes à répétition, insomnies, migraines et autres petits maux du quotidien peuvent apparaitre, ainsi que des problèmes plus lourds. Soyez attentif à la santé et de votre parent ; prenez les choses en main, fixez des rendez-vous chez le médecin, et assurez-vous qu’il y aille bien. 
  3. Veillez à ce qu’il ou elle respecte sa routine quotidienne. Il est essentiel que votre parent retrouve un quotidien organisé, fasse trois repas par jour et sorte de la maison régulièrement. Si vous habitez trop loin, demandez à un voisin ou à un ami d’aller rendre visite à votre mère ou à votre père, ou de l’emmener se promener de temps en temps. 
  4. Ne dramatisez pas. Certains signes peuvent paraitre tout à fait alarmants. Une personne qui a perdu son conjoint, et dont le quotidien est complètement désorganisé, peut ainsi sembler perdre la mémoire. Il peut donc arriver que votre père oublie un rendez-vous ou un anniversaire, perde ses clés ou oublie de signer les chèques qu’il envoie. Soyez patient, et rassurez votre parent. Pour l’aider, laissez-lui des pense-bêtes, ou dites-lui d’écrire les tâches qu’il a à faire chaque jour. 
  5. Prenez soin de vous. Accompagner un parent dans son deuil signifie assumer de nombreuses responsabilités : vous devez organiser les funérailles, vous occuper de l’aspect administratif du décès et parfois même trouver une nouvelle solution d’hébergement pour votre parent survivant. Non seulement tout cela demande beaucoup de temps et d’énergie, mais cela peut vous forcer à mettre votre chagrin de côté ou à vous laisser aller. N’hésitez pas à demander de l’aide à votre entourage, mangez bien, faites de l’exercice, et parlez de vos sentiments. Et attendez-vous à avoir des idées noires et à vous questionner sur votre propre mort : c’est tout à fait normal. Perdre un de nos parents nous rappelle que nous ne sommes plus des enfants, et nous fait inévitablement penser à notre propre mortalité.

Cartes de Condoléances

Une partie de moi disparue à jamais, une partie de toi pour toujours en moi.
La vie a une fin comme une lumière de bougie s'éteint, mais dans le cœur les souvenirs sont à jamais
Le deuil est le prix que nous payons pour l'amour
Le deuil est le prix que nous payons pour l'amour.
La jeunesse offre la promesse du bonheur, mais la vie offre les réalités du deuil.
La jeunesse offre la promesse du bonheur, mais la vie offre les réalités du deuil.
On n'oublie jamais une personne, on s'habitue seulement à son absence.
Ce que la chenille appelle la mort, le papillon l'appelle renaissance.
Notre existence se trouve entre deux éternités.
Sans les arbres dans lesquels il joue, le vent resterait invisible. (C. Singer)
Tu ne sais jamais à quel point tu es fort, jusqu'au jour où être fort reste ta seule option.
Tu ne sais jamais à quel point tu es fort, jusqu'au jour où être fort reste ta seule option.
Parler de ses peines, c'est déjà se consoler
Parler de ses peines, c'est déjà se consoler (A. Camus)
Il y a quelque chose de plus fort que la mort, c'est la présence des absents, dans la mémoire des
Toute ma vie je me souviendrai de sa gentillesse. Je suis de tout coeur avec vous.

Condoléances: Articles

Le décès d’un proche, évènement ô combien douloureux et difficile, a également un coût financier non négligeable : celui entrainé par
Les fleurs de deuil permettent de rendre un dernier et bel hommage à une personne. Le cœur de fleurs est
 La cérémonie du deuil est toujours accompagnée de fleurs. Non seulement c’est une vieille tradition qui permet de décorer le
Faites vous accompagner pour organiser les funérailles
Quand quelqu'un meurt, notre monde est plongé dans la tourmente. L’avalanche d’anxiété soulève un millier de questions différentes. Que faut-il

Condoléances: Messages

Je suis profondément attristés par la perte de votre (frère, ami, père...). Il va vraiment nous manquer. Mes pensées sont
Prévenu trop tard pour pouvoir assister à la cérémonie d'adieu, je tiens à ce que vous sachiez que nous prenons part à votre
Bouleversés par cet événement tragique, nous prenons part à votre douleur et vous adressons nos plus sincères condoléances. Soyez assuré
Ma chère XXXX, nous avons appris avec émotion et beaucoup de peine le départ de votre cher XXXX et nous

Condoléances: Citations

La Vie..?...C'est la Mort !
 La véritable intensité, comme la beauté, n'est pensable que dans les parages de la mort. 
 C'est un fait que les morts les plus chers, au bout de quelques mois, seraient, s'ils revenaient, des intrus dans
 Hélas ! L’heure que tu regardes est peut-être celle de ta mort. 

Condoléances: Poèmes

Dans une terre grasse et pleine d'escargots  Je veux creuser moi-même une fosse profonde,  Où je puisse à loisir étaler
Écrit au nom de M. Puget pour sa femme. 1614.  Belle âme qui fus mon flambeau, Reçois l'honneur qu'en ce tombeau Je suis obligé
Un pauvre Bûcheron, tout couvert de ramée, Sous le faix du fagot aussi bien que des ans Gémissant et courbé,
La spirale sans fin dans le vide s’enfonce ; Tout autour, n’attendant qu’une fausse réponse Pour vous pomper le sang,