Surmonter le deuil de son enfant

Le décès d’un enfant est sans conteste le plus grand drame qu’un parent peut être amené à vivre. C’est une véritable amputation, la mort d’une partie de soi-même, qui laisse derrière elle un cratère qui ne sera jamais comblé. Lorsqu’un enfant disparait, l’ordre des choses est bouleversé : on est dans le non-sens total, et le sentiment d’injustice et de culpabilité est immense. Trouver les mots semble impossible, d’autant plus que la langue française ne possède pas de terme qui décrit la nouvelle réalité des parents. Celui qui a perdu ses parents est un « orphelin », celui dont le conjoint est mort est un « veuf » ou une « veuve », mais celui qui n’a plus d’enfant n’a pas de mots pour expliquer sa situation. Une association belge venant en aide aux parents endeuillés a ainsi forgé le terme « parents désenfantés », pour dire l’indicible et apaiser la douleur. 

La perte d’un morceau de soi-même

Dans un couple, chaque parent surmonte différemment le décès de son enfant, tout simplement parce qu’il entretenait une relation particulière avec celui-ci de son vivant. Père et mère ne vivront donc pas la perte de la même manière ; souvent, les pères sont très pudiques dans l’expression de leur chagrin, alors que les mères l’extériorisent davantage. Il n’y a toutefois pas de règle, sinon que le couple vit rarement le deuil à l’unisson. Par exemple, un parent aura envie de parler de l’enfant et cela sera insupportable pour l’autre ; ou alors, une mère peut être prête à reprendre une vie sociale tandis que l’idée même est inenvisageable pour le père. 

Un couple qui souffre

Parce qu’il change en profondeur chaque parent, le deuil transforme le couple et aboutit parfois à une remise en question. On peut commencer à s’éviter et à prendre de la distance avec l’autre, en espérant atténuer la douleur. Même si le lien entre les conjoints est très solide et permet de se soutenir l’un l’autre, les complications surgissent, car chacun est vulnérable au ressenti de l’autre. Dans le cas de parents séparés, le deuil d’un enfant est un moment de rapprochement qui peut tout à fait rouvrir d’anciennes blessures et entrainer reproches, culpabilité et agressivité. 

La venue d’autres enfants

Lorsqu’un couple perd un enfant et qu’il est encore en âge de procréer se pose forcément la question de la conception d’un autre enfant. Parfois même, l’entourage peut exercer une véritable pression sur les parents, en pensant qu’un nouveau bébé pourra soulager leur souffrance. Pour les parents endeuillés, cette idée peut être insupportable, car elle signifierait que l’enfant disparu est interchangeable et qu’il est simple de tourner la page. En même temps, certains parents ont envie de procréer à nouveau ; il faut, dans ces cas-là, avoir suffisamment avancé dans son deuil pour pouvoir faire une place à l’enfant à venir. 

La mort d’un fils ou fille adulte 

Quand l’enfant qui disparait est déjà adulte, la douleur est tout aussi intense. Seulement, les parents sont souvent confrontés à d’autres problèmes : si leur enfant a fondé une famille, ce ne sont pas eux qui vont prendre les décisions concernant les obsèques, mais son conjoint ou ses enfants. Le chagrin des parents doit ainsi passer au second plan, ce qui peut être difficile à accepter.

Image: Flickr Creative Commons/Derbeth

Cartes de Condoléances

Même la nuit la plus sombre prendra fin et le soleil se lèvera
Même la nuit la plus sombre prendra fin et le soleil se lèvera. Victor Hugo
Le temps ne guérit pas toujours la douleur, mais il t’apprend parfois à vivre avec.
Le temps ne guérit pas toujours la douleur, mais il t'apprend parfois à vivre avec. Utiliser ce modèle de carte
Après tout ce temps ... Tu me manques encore chaque jour.
Tout disparaît en un clin d’oeil, pardonnez souvent, aimez de tout votre coeur.
Tout disparaît en un clin d'oeil, pardonnez souvent, aimez de tout votre coeur.
L'amour ne disparaît jamais... la mort n'est rien. (Saint Augustin)
Je ne cacherai pas ma souffrance, tout comme je ne cachais pas mon amour.
Je suis de tout coeur avec vous, mes sincères condoléances.
Ceux que nous avons tant aimés ne peuvent jamais tout à fait disparaître
Ceux que nous avons tant aimés ne peuvent jamais tout à fait disparaître.
La jeunesse offre la promesse du bonheur, mais la vie offre les réalités du deuil.
La jeunesse offre la promesse du bonheur, mais la vie offre les réalités du deuil.
La vie a une fin comme une lumière de bougie s'éteint, mais dans le cœur les souvenirs sont à jamais
Le malheur de l'avoir perdu ne doit pas nous faire oublier le bonheur de l'avoir connu.
Parler de ses peines, c'est déjà se consoler
Parler de ses peines, c'est déjà se consoler (A. Camus)

Condoléances: Articles

Malgré l’importance que donne notre société à la valeur de l’amitié, perdre un ami est souvent considéré comme un évènement
Une question souvent posée par les familles et les amis est ce qu'il faut faire avec les fleurs après la
Aujourd’hui, il n’y a aucune difficulté d’envoyer des fleurs de deuil pour rendre hommage à un défunt. Avec les services
On a longtemps pensé que les hommes faisaient leur deuil plus rapidement que les femmes, et que les veufs, notamment,

Condoléances: Messages

La mère est l'être le plus cher au monde. Personne et rien ne peut combler le vide créé par la
J'ai été fort surpris et peiné d'apprendre le décès si brutal, je suis de tout coeur avec vous. Ma famille
Je n’oublierai pas celui qui vous a quitté et vous envoie le témoignage de ma sincère affection.
Le cœur lourd, je prie pour le repos éternel de celui qui était un homme exceptionnel.

Condoléances: Citations

 L’homme ne refuse pas son soupir à la mort qui arrive. 
 Peut-être la peur de la mort n’est-elle que le souvenir de la peur de naître. 
 On peut dire tout ce qu'on voudra sur la vieillesse. Ca vaut mieux que d'être mort. 
 - Mon chien est mort, alors si je pouvais dormir chez toi... juste pour avoir une présence... - Ca fait

Condoléances: Poèmes

À Jules Berge.  C'est un dimanche soir. — Un large clair de lune Étale son argent sur la grève et la dune. La
Dans le clair-obscur de la pièce close, Où brûle une cire au reflet tremblant, Rigide, et grandi par la mort, repose Le corps
La perte d'un époux ne va point sans soupirs.  On fait beaucoup de bruit, et puis on se console.  Sur
Mère, quel doux chant me réveille ? Minuit ! c'est l'heure où l'on sommeille. Qui peut, pour moi, venir si tard Veiller et