Paysage de nuit, d'André Lemoyne

À Jules Berge.

 

 

C’est un dimanche soir. — Un large clair de lune 

Étale son argent sur la grève et la dune.

 

La mer baisse… On entend comme un orgue lointain 

Dans la rumeur du flot qui jamais ne s’éteint.

 

Sous le rayonnement de cette nuit paisible 

L’œil perçoit jusqu’aux bords de l’horizon visible :

 

Les vieux ormes tordus, les saules sur deux rangs, 

Qui des ruisseaux marins contemplent les courants.

 

Ni barques, ni pêcheurs sur les eaux de la Manche, 

Car tous les gens de mer honorent le dimanche.

 

Dans le marais voisin encor mal endormi, 

Un ruminant couché rouvre l’œil à demi.

 

Il a cru voir le jour… La tête se relève, 

Puis tombe… il se rendort en poursuivant son rêve.

 

Sur la grève apparaît nettement de profil 

Un personnage errant… tout seul… Où donc va-t-il ?

 

On reconnaît de loin le brave petit homme 

Qu’entre les vieux pêcheurs de la côte on renomme.

 

Où va-t-il à cette heure en vareuse et suroît, 

Par le plus court chemin de la grève, tout droit ?

 

Sa femme au champ des morts tranquillement repose 

À l’ombre de l’église… il s’y rend à nuit close,

 

Et c’est là qu’il s’arrête et vient s’agenouiller 

 

En espérant bientôt près d’elle sommeiller.

Cartes de Condoléances

Notre existence se trouve entre deux éternités.
La jeunesse offre la promesse du bonheur, mais la vie offre les réalités du deuil.
La jeunesse offre la promesse du bonheur, mais la vie offre les réalités du deuil.
Si l’instant est douloureux, convoque les souvenirs heureux
Si l'instant est douloureux, convoque les souvenirs heureux.
Le souvenir, c'est la présence invisible. (V. Hugo)
Même la nuit la plus sombre prendra fin et le soleil se lèvera
Même la nuit la plus sombre prendra fin et le soleil se lèvera. Victor Hugo
Ceux que nous avons tant aimés ne peuvent jamais tout à fait disparaître
Ceux que nous avons tant aimés ne peuvent jamais tout à fait disparaître.
Je ne cacherai pas ma souffrance, tout comme je ne cachais pas mon amour.
Le problème, c'est que vous pensez avoir le temps.
Le problème, c'est que vous pensez avoir le temps.
Toute ma vie je me souviendrai de sa gentillesse. Je suis de tout coeur avec vous.
Le deuil est le prix que nous payons pour l'amour
Le deuil est le prix que nous payons pour l'amour.
Le malheur de l'avoir perdu ne doit pas nous faire oublier le bonheur de l'avoir connu.
Tu ne sais jamais à quel point tu es fort, jusqu'au jour où être fort reste ta seule option.
Tu ne sais jamais à quel point tu es fort, jusqu'au jour où être fort reste ta seule option.

Condoléances: Articles

La perte d’un enfant fait partie des pires sensations qu’une femme pourrait éprouver. Devoir dire adieu à son enfant après
Lorsque vous envoyez des fleurs d'anniversaire, ou un bouquet romantique, le message est toujours heureux. D'un autre côté, les fleurs
Les fêtes de fin d’années sont toujours difficiles à vivre pour les personnes endeuillées, car elles les plongent dans un
Il est important de se rappeler que vous pouvez survivre à la douleur. Il peut y avoir des moments où

Condoléances: Messages

N'importe qui peut être oublié, mais pas un homme qui a choisi une vie d'abnégation et de générosité.
Je prie votre famille de me compter parmi vos sincères amis et espère qu’elle trouvera dans mes pensées respectueuses un
S'il était des mots à prononcer pour tenter de vous consoler, nous les dirions du fond du coeur pour adoucir
La vie a une fin comme une lumière de bougie s'éteint, mais dans le cœur les souvenirs sont à jamais

Condoléances: Citations

 Celui qui prie pour empêcher la mort est aussi fou que celui qui prierait pour faire lever le soleil par
 La vraie communion est dans la mort. 
 La mort est la plus sûre compagne de toute de l'homme, la seule sur qui tu peux compter en dernière
 La vie s’amuse ; la mort fait le ménage. 

Condoléances: Poèmes

Quand l'être cher vient d'expirer, On sent obscurément la perte, On ne peut pas encor pleurer : La mort présente déconcerte ; Et ni
Ils disent qu'au ciel on retrouve  Ces chers petits morts tant pleurés.  Ah ! savent-ils bien ce qu'éprouve  Le cœur
Toi qui m'entends sans peur te parler de la mort, Parce que ton espoir te promet qu'elle endort Et que le court
Mère, quel doux chant me réveille ? Minuit ! c'est l'heure où l'on sommeille. Qui peut, pour moi, venir si tard Veiller et
Copy link
Powered by Social Snap