Paysage de nuit, d'André Lemoyne

À Jules Berge.

 

 

C’est un dimanche soir. — Un large clair de lune 

Étale son argent sur la grève et la dune.

 

La mer baisse… On entend comme un orgue lointain 

Dans la rumeur du flot qui jamais ne s’éteint.

 

Sous le rayonnement de cette nuit paisible 

L’œil perçoit jusqu’aux bords de l’horizon visible :

 

Les vieux ormes tordus, les saules sur deux rangs, 

Qui des ruisseaux marins contemplent les courants.

 

Ni barques, ni pêcheurs sur les eaux de la Manche, 

Car tous les gens de mer honorent le dimanche.

 

Dans le marais voisin encor mal endormi, 

Un ruminant couché rouvre l’œil à demi.

 

Il a cru voir le jour… La tête se relève, 

Puis tombe… il se rendort en poursuivant son rêve.

 

Sur la grève apparaît nettement de profil 

Un personnage errant… tout seul… Où donc va-t-il ?

 

On reconnaît de loin le brave petit homme 

Qu’entre les vieux pêcheurs de la côte on renomme.

 

Où va-t-il à cette heure en vareuse et suroît, 

Par le plus court chemin de la grève, tout droit ?

 

Sa femme au champ des morts tranquillement repose 

À l’ombre de l’église… il s’y rend à nuit close,

 

Et c’est là qu’il s’arrête et vient s’agenouiller 

 

En espérant bientôt près d’elle sommeiller.

Cartes de Condoléances

Parfois, je n'arrive pas à croire que tu as disparu...
Je ne cacherai pas ma souffrance, tout comme je ne cachais pas mon amour.
Il est une tristesse si profonde qu'elle ne peut pas même prendre la forme des larmes. (H. Murakami)
Après tout ce temps ... Tu me manques encore chaque jour.
Tu étais la lumière de ma vie.
Je ne peux pas imaginer à quel point ce que vous vivez en ce moment est difficile, je sais juste
On est seul ici, et ta lumière me manque.
Mon coeur souffre avec toi. Je suis là si tu as besoin de moi.
"Le vrai tombeau des morts, c'est le coeur des vivants" (Jean Cocteau)
Je suis de tout coeur avec toi en ces moments difficiles.
Le temps passe, les souvenirs s'estompent, les sentiments changent, les gens nous quittent, mais le coeur n'oublie jamais.
Ceux que nous avons tant aimés ne peuvent jamais tout à fait disparaître
Ceux que nous avons tant aimés ne peuvent jamais tout à fait disparaître.

Condoléances: Articles

La mort est, dans notre société, un tabou, et en parler fait naitre toutes sortes de sentiments : la panique,
Aujourd’hui, on vit beaucoup en ligne, via nos comptes email, les réseaux sociaux, les blogs ou encore les systèmes de
Rien ne vous empêche de présenter vos condoléances à votre patron
Beaucoup de personnes ont du mal à présenter leurs condoléances après un décès. Il  y a aussi d'autres qui éprouvent
Une question souvent posée par les familles et les amis est ce qu'il faut faire avec les fleurs après la

Condoléances: Messages

Je suis de tout coeur avec vous dans la douloureuse épreuve qui vous frappe. Je vous présente mes sincères condoléances
Je prends une vive part à votre chagrin. Affectueusement et tristement.
Je suis atterré par la terrible nouvelle. Je suis de tout cœur avec vous.
C'est avec une immense tristesse que nous vous présentons nos plus sincères condoléances. Je garderai toujours à l'esprit l'image d'une

Condoléances: Citations

 Les maux du corps donnent l'idée de la mort, les peines de l'âme celles de l'éternité. 
 Tout paraît simple à qui est transfiguré par sa vie intérieure.  
Meurt-on pour rien ? Hélas !
 Est-ce que la mort me consolera de ma vie ? 

Condoléances: Poèmes

Si la vierge vers toi jette sous les ramures  Le rire par sa mère à ses lèvres appris ;  Si,
Puisqu'ils n'ont pas compris, dans leur étroite sphère,  Qu'après tant de splendeur, de puissance et d'orgueil,  Il était grand et
Dans une terre grasse et pleine d'escargots  Je veux creuser moi-même une fosse profonde,  Où je puisse à loisir étaler
Horloge ! dieu sinistre, effrayant, impassible, Dont le doigt nous menace et nous dit: «Souviens-toi ! Les vibrantes Douleurs dans