6 conseils pour soutenir un ami endeuillé

Quand un de vos amis passe par l’étape difficile du deuil, vous avez un rôle important à jouer : dans ces moments difficiles, l’amitié doit être une présence à la fois rassurante et discrète, un soutien fidèle qui prend les devants et s’abstient de tout jugement.

  1. Soyez présent. C’est le conseil le plus important. Ce n’est pas grave si vous ne savez pas exactement quoi dire ou quoi faire ; l’important, c’est de surmonter la gêne et le malaise et d’être là. Votre ami a besoin de votre soutien, tout simplement, et pas de conseils ou de réponses. 
  2. Ecoutez. Trop souvent, on perd du temps à chercher les mots justes, mais écouter un ami en souffrance est sans doute encore plus important que de lui parler. Evidemment, il ne faut pas le cribler de questions, mais lui dire que vous êtes là pour lui s’il a besoin de parler, et que ses pleurs, sa colère ou ses accès de silence ne vous gêneront pas. Lorsqu’il se met à parler du défunt, ne changez pas de sujet, même si cela vous met mal à l’aise. 
  3. Offrez de l’aide. Les personnes endeuillées ont également besoin d’un soutien matériel, même si, la plupart du temps, elles n’osent pas appeler à l’aide, par pudeur ou par peur de déranger. Ne vous contentez pas de dire à votre ami qu’il peut compter sur vous en cas de besoin : c’est une proposition trop vague, qu’il peut facilement refuser. Prenez l’initiative en lui offrant  des coups de main concrets : faire les courses ou le ménage, promener son chien, garder ses enfants pour une après-midi, lui apporter un repas fait maison, ou organiser une sortie au restaurant ou au cinéma. 
  4. Comprenez le processus de deuil. Chacun parcourt à sa façon le long chemin du deuil, et celui-ci peut prendre des formes très différentes. Que votre ami ou votre amie pleure pendant des heures, hurle, s’emporte contre vous ou contre le monde entier, faites preuve de patience et ne jugez jamais. 
  5. Laissez-lui du temps. En matière de deuil, il n’y a pas de règle ; le processus de deuil peut prendre un an, deux ans, ou bien plus. Dans tous les cas, il faut éviter de mettre la pression sur un ami, en lui disant par exemple qu’il est temps de tourner la page. Continuezàêtre là pour lui, même longtemps après, et même s’il semble rechercher la solitude. Appelez-le, écrivez-lui, et vérifiez régulièrement  si tout va bien. Ayez des petites attentions pour lui, notamment lors des jours particulièrement douloureux, comme les fêtes de fin d’année ou les anniversaires. 
  6. Sachez reconnaitre les signes inquiétants.Pendant le processus de deuil, on est assailli par une myriade d’émotions souvent contradictoires qui peuvent conduire à toutes sortes d’excès. Pour autant, il faut savoir identifier les signes indiquant une dépression profonde, comme l’abus d’alcool, des difficultés à effectuer les tâches de la vie quotidienne, un manque d’hygiène ou encore des tendances suicidaires. Dans ce cas, votre ami a sans doute besoin d’une aide extérieure pour entamer sa guérison.

Credit: Wikimedia/Seattleretro

 

Cartes de Condoléances

On est seul ici, et ta lumière me manque.
Le Deuil n'est pas l'absence d'Amour, le Deuil est la preuve que l'Amour est toujours là.
La jeunesse offre la promesse du bonheur, mais la vie offre les réalités du deuil.
La jeunesse offre la promesse du bonheur, mais la vie offre les réalités du deuil.
Je ne peux pas imaginer à quel point ce que vous vivez en ce moment est difficile, je sais juste
Si l’instant est douloureux, convoque les souvenirs heureux
Si l'instant est douloureux, convoque les souvenirs heureux.
Je suis de tout coeur avec vous, mes sincères condoléances.
Nous comprenons la mort uniquement après qu’elle ait mis les mains sur une personne que nous aimons
Nous comprenons la mort uniquement après qu'elle ait mis les mains sur une personne que nous aimons. (Anne L. de
Lorsque nous perdons quelqu'un que nous aimons, il semble que le temps s'arrête.
Le problème, c'est que vous pensez avoir le temps.
Le problème, c'est que vous pensez avoir le temps.
Si le cœur s'éteint, le souvenir reste.
Tu ne sais jamais à quel point tu es fort, jusqu'au jour où être fort reste ta seule option.
Tu ne sais jamais à quel point tu es fort, jusqu'au jour où être fort reste ta seule option.
Tu n'es plus là où tu étais mais tu es partout là où je suis (Victor Hugo)

Condoléances: Articles

La perte d’un enfant fait partie des pires sensations qu’une femme pourrait éprouver. Devoir dire adieu à son enfant après
Il y a des choses à éviter quand vous envoyez des fleurs de deuil
Il n’est jamais facile de trouver les mots justes à dire à quelqu'un qui subit la perte d’un être aimé.
Aujourd’hui, pour beaucoup de Français, le processus de deuil se passe en partie en ligne. Selon la personnalité, les habitudes
L’annonce du décès d’une personne est très pénible et toutes les étapes qui suivront seront toujours difficiles à gérer pour

Condoléances: Messages

Une belle âme, pleine d'amour, s'en est allée loin de vous, en vous laissant dans la solitude et la tristesse.
Je ne peux pas imaginer ce que vous devez ressentir en ce moment, mais je veux que vous sachiez que
N'importe qui peut être oublié, mais pas un homme qui a choisi une vie d'abnégation et de générosité.
La perte d'un être cher n'est jamais facile, s'il ya quelque chose que je peux faire, s'il vous plaît n'hésitez

Condoléances: Citations

 Pour oser regarder le soleil mourir sur la mer, il faut avoir osé soi-même regarder la mort en face. 
Seuls ceux qui espèrent peuvent survivre au destin lui faire face et l'absorber.
 La mort n'atteint pas seulement celui qui doit fermer les yeux à jamais mais aussi les autres, tous les autres
 Peut-être qu'en dormant on s'entraîne à mourir ? A moins que l'on ne dorme en mémoire des morts ? 

Condoléances: Poèmes

Voici la mort du ciel en l'effort douloureux Qui lui noircit la bouche et fait saigner les yeux. Le ciel
À Madame Sureau-Bellet.  I. L'hirondelle frileuse au loin s'était enfuie. Sous les dernières fleurs, les papillons mouraient. Près des étangs voilés où crépitait la
Dans une terre grasse et pleine d'escargots  Je veux creuser moi-même une fosse profonde,  Où je puisse à loisir étaler
Mourir dans la buée ardente de l'été, Quand parfumé, penchant et lourd comme une grappe, Le coeur, que la rumeur de l'air