Dolorosae

Mère, voilà douze ans que notre fille est morte ;

et depuis, moi le père et vous la femme forte,

nous n’avons pas été, Dieu le sait, un seul jour

sans parfumer son nom de prière et d’amour.

Nous avons pris la sombre et charmante habitude

de voir son ombre vivre en notre solitude,

de la sentir passer et de l’entendre errer,

et nous sommes restés à genoux à pleurer.

Nous avons persisté dans cette douleur douce,

et nous vivons penchés sur ce cher nid de mousse

emporté dans l’orage avec les deux oiseaux.

Mère, nous n’avons pas plié, quoique roseaux

ni perdu la bonté vis-à-vis l’un de l’autre,

ni demandé la fin de mon deuil et du vôtre

à cette lâcheté qu’on appelle l’oubli.

Oui, depuis ce jour triste où pour nous ont pâli

les cieux, les champs, les fleurs, l’étoile, l’aube pure,

et toutes les splendeurs de la sombre nature,

avec les trois enfants qui nous restent, trésor

de courage et d’amour que Dieu nous laisse encor,

nous avons essuyé des fortunes diverses,

ce qu’on nomme malheur, adversité, traverses,

sans trembler, sans fléchir, sans haïr les écueils,

donnant au deuil du cœur, à l’absence, aux cercueils,

aux souffrances dont saigne ou l’âme ou la famille,

aux êtres chers enfuis ou morts, à notre fille,

aux vieux parents reprise par un monde meilleur,

nos pleurs, et le sourire à toute autre douleur.

Victor Hugo

Cartes de Condoléances

Toute ma vie je me souviendrai de sa gentillesse. Je suis de tout coeur avec vous.
On n'oublie jamais une personne, on s'habitue seulement à son absence.
Le temps ne guérit pas toujours la douleur, mais il t’apprend parfois à vivre avec.
Le temps ne guérit pas toujours la douleur, mais il t'apprend parfois à vivre avec. Utiliser ce modèle de carte
Je ne peux pas imaginer à quel point ce que vous vivez en ce moment est difficile, je sais juste
Le deuil est le prix que nous payons pour l'amour
Le deuil est le prix que nous payons pour l'amour.
Parfois, je n'arrive pas à croire que tu as disparu...
Tout disparaît en un clin d’oeil, pardonnez souvent, aimez de tout votre coeur.
Tout disparaît en un clin d'oeil, pardonnez souvent, aimez de tout votre coeur.
Le malheur de l'avoir perdu ne doit pas nous faire oublier le bonheur de l'avoir connu.
Mon coeur souffre avec toi. Je suis là si tu as besoin de moi.
"Le vrai tombeau des morts, c'est le coeur des vivants" (Jean Cocteau)
La jeunesse offre la promesse du bonheur, mais la vie offre les réalités du deuil.
La jeunesse offre la promesse du bonheur, mais la vie offre les réalités du deuil.
Il est une tristesse si profonde qu'elle ne peut pas même prendre la forme des larmes. (H. Murakami)

Condoléances: Articles

 La cérémonie du deuil est toujours accompagnée de fleurs. Non seulement c’est une vieille tradition qui permet de décorer le
L’offrande de fleurs de deuil permet d’exprimer des émotions que les mots même ne sauraient jamais décrire avec toute la
Le décès fait partie des évènements de la vie que l’on ne peut prévoir. Il arrive parfois des moments où
Comment expliquer la mort à un enfant ? Faut-il le laisser aller aux funérailles ? Quelques conseils :Dès que possible

Condoléances: Messages

La véritable amitié se partage dans les moments d'épreuve. Le deuil cruel qui vous frappe nous permet de vous dire
Je suis vraiment affligé. Condoléances sincères et attristées.
Chère XXXX, c’est avec beaucoup de tristesse que je viens d'apprendre le décès de XXXX. Que te dire sinon bon
A vous tous et très particulièrement à toi XXXX, nous voulons vous dire notre affection en ces moments de séparation.

Condoléances: Citations

 Plus contagieuse que la peste, la peur se communique en un clin d'oeil.  
 Il n'y a que les morts qui ne reviennent pas.  
 Il est bien rare qu'un vivant soit à la hauteur du mort qu'il fera. 
 Mourir fait partie de la vie. Et ceux qui ont peur de la mort sont aussi ceux qui ont peur

Condoléances: Poèmes

Voici la mort du ciel en l'effort douloureux Qui lui noircit la bouche et fait saigner les yeux. Le ciel
Comme un dernier rayon, comme un dernier zéphyre Anime la fin d'un beau jour, Au pied de l'échafaud j'essaye encor
Dans le clair-obscur de la pièce close, Où brûle une cire au reflet tremblant, Rigide, et grandi par la mort, repose Le corps
Souvent sur la montagne, à l'ombre du vieux chêne,  Au coucher du soleil, tristement je m'assieds ;  Je promène au