Préparer ses propres funérailles

Loin d’être un acte pessimiste, préparer ses propres funérailles est une façon de contrôler le déroulement de ses obsèques et d’épargner à sa famille des prises de décision difficiles, tant sur le plan financier que sur les choix liés à la cérémonie et au lieu d’enterrement. Cela permet en outre de faire en sorte que ses dernières volontés soient bien respectées, et de dire adieu d’une façon toute personnelle à ses proches. 

L’organisation des funérailles

Plusieurs facteurs peuvent guider l’organisation de vos funérailles : vos convictions religieuses, votre philosophie, le témoignage que vous souhaitez laisser, et, bien entendu, votre budget. Cérémonie religieuse ou laïque, enterrement ou crémation, obsèques fastueuses ou toutes en simplicité, c’est à vous de décider. De plus, vous pourrez choisir l’accompagnement musical, composés de chansons et de morceaux qui vous appréciez, et les passages destinés à être lus, extrait d’un de vos romans préférés, poème sur la mort ou texte que vous avez vous-même rédigé. Par ces choix, vous décidez de la tonalité des obsèques ; vous pouvez y insérer une touche d’espoir, laisser un message à vos proches, partager vos valeurs et évoquer les grandes étapes de votre vie. Avant tout, vous créez une image de vous-même qui vous ressemble, et ce sera à cette image que vos proches et toute la communauté dira adieu le jour de vos obsèques.

Sur le plan matériel, bien des éléments sont personnalisables, du modèle de cercueil aux vêtements que vous porterez en passant par les objets à déposer éventuellement avec vous et à l’aménagement de la pièce de recueillement. Epitaphes, faire-part et avis de décès peuvent également être préparés à l’avance. 

Choisir ses obsèques sur Internet

Sur internet, il y a eu ces dernières années une véritable explosion des services consacrés aux dernières volontés, et destinés à simplifier les démarches. Outre les classiques assurances prévoyance obsèques et assurances décès, qui permettent de financer et de prévoir soi-même ses propres funérailles, sont ainsi apparus des sites qui proposent de laisser des instructions détaillées à ses proches. On s’y inscrit, on choisit les modalités de ses obsèques, et, le moment venu, ces informations sont communiquées aux proches. Sur d’autres sites, on peut consigner un témoignage destiné aux proches, sous la forme de photographies, de messages, de vidéos, de textes et de musiques. Le tout est stocké sur le net et sécurisé, et accessible aux personnes de votre choix. 

Des funérailles à coût contrôlé

Ces services sites web montrent bien qu’envisager sa propre mort est dans l’air du temps. La mode est ainsi à des funérailles à coût contrôlé, entièrement planifiées par le défunt, et empreintes bien souvent d’une grande simplicité. La spectaculaire augmentation du nombre de crémations s’inscrit dans cette tendance : elle concerne aujourd’hui près d’un tiers des obsèques. La meilleure façon de bien préparer son enterrement est de s’informer et de comparer les prix avant de choisir une entreprise. Le faire vous-même, à tête reposée, permet d’alléger vos proches d’un lourd fardeau, et de prendre les décisions les plus raisonnables. Prévoir son décès est ainsi une manière d’affirmer que la mort fait partie de la vie, et, peut-être, de la rendre moins effrayante.

Image: Flickr Creative Commons/jenny downing

Cartes de Condoléances

Quand quelqu'un qu'on aime devient un souvenir, le souvenir devient un trésor.
La jeunesse offre la promesse du bonheur, mais la vie offre les réalités du deuil.
La jeunesse offre la promesse du bonheur, mais la vie offre les réalités du deuil.
Sans les arbres dans lesquels il joue, le vent resterait invisible. (C. Singer)
Parfois, je n'arrive pas à croire que tu as disparu...
Si l’instant est douloureux, convoque les souvenirs heureux
Si l'instant est douloureux, convoque les souvenirs heureux.
Le deuil est le prix que nous payons pour l'amour
Le deuil est le prix que nous payons pour l'amour.
Parler de ses peines, c'est déjà se consoler
Parler de ses peines, c'est déjà se consoler (A. Camus)
Tu n'es plus là où tu étais mais tu es partout là où je suis (Victor Hugo)
Si le cœur s'éteint, le souvenir reste.
Lorsque nous perdons quelqu'un que nous aimons, il semble que le temps s'arrête.
Ce que la chenille appelle la mort, le papillon l'appelle renaissance.
Je suis de tout coeur avec toi en ces moments difficiles.

Condoléances: Articles

Lorsque l’on traverse la douloureuse épreuve du deuil, il peut être plus facile de parler de sa souffrance à des
Le deuil est toujours un moment pénible, peu importe vos rapports avec le défunt. Pour adresser votre soutien à la
Attendre la vie et connaitre la mort à la place est beaucoup plus répandu que l’on ne le pense. Le
Présenter ses condoléances avec un bouquet de fleurs est avant tout une tradition. Ceci constitue un bel hommage à l’endroit

Condoléances: Messages

Prévenu trop tard pour pouvoir assister à la cérémonie d'adieu, je tiens à ce que vous sachiez que nous prenons part à votre
Puisse son âme repose en paix, je crois fermement que Dieu l'acceptera à bras ouverts pour tout le bien qu'il
Bien que la vie soit maintenant assombrie par la douleur, gardez à l'esprit s'il-vous-plaît que la famille et les amis
Je ne peux pas croire que (nom du défunt) n'est plus avec nous... Il restera toujours dans nos coeurs.

Condoléances: Citations

 La vie n'est qu'une variété de la mort, et une variété très rare. 
Quand on défie la mort on ne gagne qu'en perdant définitivement.
 La seule solution définitive est la mort. Elle seule donne la paix à celui qui est mort, comme à ceux
 On se sépare deux fois, une première fois quand l’amour est mort, une seconde quand un sentiment renaît. 

Condoléances: Poèmes

J'ai bien assez vécu, puisque dans mes douleurs Je marche, sans trouver de bras qui me secourent, Puisque je ris
De mes pensers confidente chérie, Toi, dont les chants faciles et flatteurs Viennent parfois suspendre les douleurs Dont les Amours ont parsemé ma
Dans le clair-obscur de la pièce close, Où brûle une cire au reflet tremblant, Rigide, et grandi par la mort, repose Le corps
Souvent sur la montagne, à l'ombre du vieux chêne,  Au coucher du soleil, tristement je m'assieds ;  Je promène au
Copy link
Powered by Social Snap