Préparer ses propres funérailles

Loin d’être un acte pessimiste, préparer ses propres funérailles est une façon de contrôler le déroulement de ses obsèques et d’épargner à sa famille des prises de décision difficiles, tant sur le plan financier que sur les choix liés à la cérémonie et au lieu d’enterrement. Cela permet en outre de faire en sorte que ses dernières volontés soient bien respectées, et de dire adieu d’une façon toute personnelle à ses proches. 

L’organisation des funérailles

Plusieurs facteurs peuvent guider l’organisation de vos funérailles : vos convictions religieuses, votre philosophie, le témoignage que vous souhaitez laisser, et, bien entendu, votre budget. Cérémonie religieuse ou laïque, enterrement ou crémation, obsèques fastueuses ou toutes en simplicité, c’est à vous de décider. De plus, vous pourrez choisir l’accompagnement musical, composés de chansons et de morceaux qui vous appréciez, et les passages destinés à être lus, extrait d’un de vos romans préférés, poème sur la mort ou texte que vous avez vous-même rédigé. Par ces choix, vous décidez de la tonalité des obsèques ; vous pouvez y insérer une touche d’espoir, laisser un message à vos proches, partager vos valeurs et évoquer les grandes étapes de votre vie. Avant tout, vous créez une image de vous-même qui vous ressemble, et ce sera à cette image que vos proches et toute la communauté dira adieu le jour de vos obsèques.

Sur le plan matériel, bien des éléments sont personnalisables, du modèle de cercueil aux vêtements que vous porterez en passant par les objets à déposer éventuellement avec vous et à l’aménagement de la pièce de recueillement. Epitaphes, faire-part et avis de décès peuvent également être préparés à l’avance. 

Choisir ses obsèques sur Internet

Sur internet, il y a eu ces dernières années une véritable explosion des services consacrés aux dernières volontés, et destinés à simplifier les démarches. Outre les classiques assurances prévoyance obsèques et assurances décès, qui permettent de financer et de prévoir soi-même ses propres funérailles, sont ainsi apparus des sites qui proposent de laisser des instructions détaillées à ses proches. On s’y inscrit, on choisit les modalités de ses obsèques, et, le moment venu, ces informations sont communiquées aux proches. Sur d’autres sites, on peut consigner un témoignage destiné aux proches, sous la forme de photographies, de messages, de vidéos, de textes et de musiques. Le tout est stocké sur le net et sécurisé, et accessible aux personnes de votre choix. 

Des funérailles à coût contrôlé

Ces services sites web montrent bien qu’envisager sa propre mort est dans l’air du temps. La mode est ainsi à des funérailles à coût contrôlé, entièrement planifiées par le défunt, et empreintes bien souvent d’une grande simplicité. La spectaculaire augmentation du nombre de crémations s’inscrit dans cette tendance : elle concerne aujourd’hui près d’un tiers des obsèques. La meilleure façon de bien préparer son enterrement est de s’informer et de comparer les prix avant de choisir une entreprise. Le faire vous-même, à tête reposée, permet d’alléger vos proches d’un lourd fardeau, et de prendre les décisions les plus raisonnables. Prévoir son décès est ainsi une manière d’affirmer que la mort fait partie de la vie, et, peut-être, de la rendre moins effrayante.

Image: Flickr Creative Commons/jenny downing

Cartes de Condoléances

Je ne peux pas imaginer à quel point ce que vous vivez en ce moment est difficile, je sais juste
Le problème, c'est que vous pensez avoir le temps.
Le problème, c'est que vous pensez avoir le temps.
Tu ne sais jamais à quel point tu es fort, jusqu'au jour où être fort reste ta seule option.
Tu ne sais jamais à quel point tu es fort, jusqu'au jour où être fort reste ta seule option.
Le temps passe, les souvenirs s'estompent, les sentiments changent, les gens nous quittent, mais le coeur n'oublie jamais.
Ce que la chenille appelle la mort, le papillon l'appelle renaissance.
Tu étais la lumière de ma vie.
Parler de ses peines, c'est déjà se consoler
Parler de ses peines, c'est déjà se consoler (A. Camus)
Lorsque nous perdons quelqu'un que nous aimons, il semble que le temps s'arrête.
Le malheur de l'avoir perdu ne doit pas nous faire oublier le bonheur de l'avoir connu.
Il est une tristesse si profonde qu'elle ne peut pas même prendre la forme des larmes. (H. Murakami)
Je suis de tout coeur avec toi en ces moments difficiles.
Le souvenir, c'est la présence invisible. (V. Hugo)

Condoléances: Articles

On a longtemps pensé que les hommes faisaient leur deuil plus rapidement que les femmes, et que les veufs, notamment,
  Les rues qui s’illuminent, les vitrines qui se teintent de couleurs festives, les premiers flocons de neige qui tombent
La perte d’un enfant fait partie des pires sensations qu’une femme pourrait éprouver. Devoir dire adieu à son enfant après
Rendre hommage à un défunt ne doit pas seulement se limiter à la période du deuil. Il est aussi important

Condoléances: Messages

C'est une bien triste nouvelle que je viens d'apprendre. Dans cette douloureuse épreuve, je suis de tout coeur avec vous.
Ma très chère XXXXXX, je sais que tu traverses des moments épouvantables. Je ne peux t’offrir que mon amitié et
Je vous prie de bien vouloir accepter mes très vives condoléances.
Les mots ne suffisent pas pour exprimer l'immense tristesse que je ressens pour la disparition de votre (père, mère...), veuillez

Condoléances: Citations

 On est mieux assis que debout, couché qu'assis, endormi qu'éveillé et mort que vivant. 
 Ne sais-tu pas que la source de toutes les misères de l’homme, ce n’est pas la mort, mais la crainte
 Chaque fois que nous ouvrons la bouche, dix mille morts parlent à travers nous. 
 Lorsqu’on a pénétré le fond des choses, la perte des illusions amène la mort de l’âme, c’est-à-dire un désintéressement complet

Condoléances: Poèmes

Nous aurons des lits pleins d'odeurs légères,  Des divans profonds comme des tombeaux,  Et d'étranges fleurs sur des étagères,  Ecloses
Demain, dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne,  Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m'attends.  J'irai par la
J'ai bien assez vécu, puisque dans mes douleurs Je marche, sans trouver de bras qui me secourent, Puisque je ris
I. On ne songe à la Mort que dans son voisinage : Au sépulcre éloquent d'un être qui m'est cher, J'ai, pour m'en
Copy link
Powered by Social Snap