"La mort dans la vie", Théophile Gautier.

La spirale sans fin dans le vide s’enfonce ;
Tout autour, n’attendant qu’une fausse réponse
Pour vous pomper le sang,
Sur leurs grands piédestaux semés d’hiéroglyphes,
Des sphinx aux seins pointus, aux doigts armés de griffes,
Roulent leur oeil luisant.
En passant devant eux, à chaque pas l’on cogne
Des os demi-rongés, des restes de charogne,
Des crânes sonnant creux.
On voit de chaque trou sortir des jambes raides ;
Des apparitions monstrueusement laides
Fendent l’air ténébreux.
C’est ici que l’énigme est encor sans Oedipe,
Et qu’on attend toujours le rayon qui dissipe
L’antique obscurité.
C’est ici que la mort propose son problème,
Et que le voyageur, devant sa face blême,
Recule épouvanté.
Ah ! Que de nobles coeurs et que d’âmes choisies,
Vainement, à travers toutes les poésies,
Toutes les passions,
Ont poursuivi le mot de la page fatale,
Dont les os gisent là sans pierre sépulcrale
Et sans inscriptions !
Combien, dons juans obscurs, ont leurs listes remplies
Et qui cherchent encor ! Que de lèvres pâlies
Sous les plus doux baisers,
Et qui n’ont jamais pu se joindre à leur chimère !
Que de désirs au ciel sont remontés de terre
Toujours inapaisés !
Il est des écoliers qui voudraient tout connaître,
Et qui ne trouvent pas pour valet et pour maître
De Méphistophélès.
Dans les greniers, il est des Faust sans Marguerite,
Dont l’enfer ne veut pas et que Dieu déshérite ;
Tous ceux-là, plaignez-les !
Car ils souffrent un mal, hélas ! Inguérissable ;
Ils mêlent une larme à chaque grain de sable
Que le temps laisse choir.
Leur coeur, comme une orfraie au fond d’une ruine,
Râle piteusement dans leur maigre poitrine
L’hymne du désespoir.
Leur vie est comme un bois à la fin de l’automne,
Chaque souffle qui passe arrache à leur couronne
Quelque reste de vert,
Et leurs rêves en pleurs s’en vont fendant les nues,
Silencieux, pareils à des files de grues
Quand approche l’hiver.
Leurs tourments ne sont point redits par le poëte
Martyrs de la pensée, ils n’ont pas sur leur tête
L’auréole qui luit ;
Par les chemins du monde ils marchent sans cortège,
Et sur le sol glacé tombent comme la neige
Qui descend dans la nuit.

Cartes de Condoléances

Je suis de tout coeur avec toi
Je suis de tout coeur avec toi en ces moments difficiles.… Lire la Suite
Je ne cacherai pas…
Je ne cacherai pas ma souffrance, tout comme je ne cachais pas mon amour.… Lire la Suite
Le problème, c'est que vous pensez…
Le problème, c’est que vous pensez avoir le temps.… Lire la Suite
L'amour et l'éternité
L’amour est la seule chose qu’on emporte dans l’éternité (Antonine Maillet)… Lire la Suite
Tu étais…
Tu étais la lumière de ma vie.… Lire la Suite
Une partie de moi
Une partie de moi disparue à jamais, une partie de toi pour toujours en moi.… Lire la Suite
La vie est éphémère…
La vie est éphémère, mais le souvenir d’un être cher reste.… Lire la Suite
La nuit la plus sombre
Même la nuit la plus sombre prendra fin et le soleil se lèvera. Victor Hugo… Lire la Suite
Sans les arbres…
Sans les arbres dans lesquels il joue, le vent resterait invisible. (C. Singer)… Lire la Suite
Plus fort que la mort
Il y a quelque chose de plus fort que la mort, c’est la présence des absents, dans la mémoire des
Si l'instant est douloureux…
Si l’instant est douloureux, convoque les souvenirs heureux.… Lire la Suite
Toute ma vie je me souviendrai
Toute ma vie je me souviendrai de sa gentillesse. Je suis de tout coeur avec vous.… Lire la Suite

Condoléances: Articles

Suicide d'un proche: que faire ?
Il est important de se rappeler que vous pouvez survivre à la douleur. Il peut y avoir des moments où
Envoyer des fleurs pour le décès d’une jeune femme
Dans le cadre d’un décès d’une jeune femme, les traditionnelles fleurs de deuil sont indispensables pour rendre hommage à la
Des fleurs de deuil pour un bébé
La mort d’un bébé fait partie des expériences les plus traumatisantes. Les parents vivent une épreuve terrible et ont souvent
Des fleurs blanches pour un enterrement
L’offrande de fleurs de deuil permet d’exprimer des émotions que les mots même ne sauraient jamais décrire avec toute la

Condoléances: Messages

Votre (père, mère, époux…) va beaucoup nous manquer. Que son âme repose en paix. Sincères condoléances de la famille de
Votre (père, mère, époux…) va beaucoup nous manquer. Que son âme repose en paix. Sincères condoléances de la famille de
La mère est l'être le plus cher au monde. Personne et rien ne peut combler le vide créé par la
La mère est l’être le plus cher au monde. Personne et rien ne peut combler le vide créé par la
J'ai été fort surpris et peiné d'apprendre le décès si brutal, je suis de tout coeur avec vous. Ma famille
J’ai été fort surpris et peiné d’apprendre le décès si brutal, je suis de tout coeur avec vous. Ma famille
Puissent les bons souvenirs de votre ( père, ami, époux…) Vous apporter du réconfort pendant ce moment difficile de votre
Puissent les bons souvenirs de votre ( père, ami, époux…) Vous apporter du réconfort pendant ce moment difficile de votre

Condoléances: Citations

 Les hommes n'aiment pas la mort, parce qu'ils n'aiment pas la paix. …
 Les hommes n’aiment pas la mort, parce qu’ils n’aiment pas la paix. … Lire la Suite
 La mort est une fin en soi. …
 La mort est une fin en soi. … Lire la Suite
 Tout paraît simple à qui est transfiguré par sa vie intérieure.  …
 Tout paraît simple à qui est transfiguré par sa vie intérieure.  … Lire la Suite
 Jeune à jamais la mort pour qui la reçoit Vierge quand elle se nomme Sans nom q…
 Jeune à jamais la mort pour qui la reçoit Vierge quand elle se nomme Sans nom quand elle se donne

Condoléances: Poèmes

Au bord du vide
Nous voici aujourd’hui au bord du vide Puisque nous cherchons partout le visage que nous avons perdu. Il était notre
Voici la mort du ciel, Agrippa d'Aubigné
Voici la mort du ciel en l’effort douloureux Qui lui noircit la bouche et fait saigner les yeux. Le ciel
Derniers vers
L’heure de ma mort, depuis dix-huit mois,  De tous les côtés sonne à mes oreilles,  Depuis dix-huit mois d’ennuis et
Veni, vidi, vici, Victor Hugo
J’ai bien assez vécu, puisque dans mes douleurs Je marche, sans trouver de bras qui me secourent, Puisque je ris
Retour haut de page