Cartes de Condoléances

Avec vous, sincères condoléances.
Lorsque nous perdons quelqu'un que nous aimons, il semble que le temps s'arrête.
La vie a une fin comme une lumière de bougie s'éteint, mais dans le cœur les souvenirs sont à jamais
On n'oublie jamais une personne, on s'habitue seulement à son absence.
Notre existence se trouve entre deux éternités.
L'amour ne disparaît jamais... la mort n'est rien. (Saint Augustin)
Le souvenir, c'est la présence invisible. (V. Hugo)
Le Deuil n'est pas l'absence d'Amour, le Deuil est la preuve que l'Amour est toujours là.
Tu étais la lumière de ma vie.
Je suis de tout coeur avec toi en ces moments difficiles.
"Le vrai tombeau des morts, c'est le coeur des vivants" (Jean Cocteau)
Je suis de tout coeur avec vous, mes sincères condoléances.

Condoléances: Articles

Quand un de vos amis passe par l’étape difficile du deuil, vous avez un rôle important à jouer : dans ces
Le chemin du deuil est jalonné de fleurs. Depuis l’annonce officielle du décès de la personne, les fleurs seront présentes
La perte d’une mère est une immense perte. Trouver les mots de sympathie pour consoler une personne qui a perdu
  Les rues qui s’illuminent, les vitrines qui se teintent de couleurs festives, les premiers flocons de neige qui tombent

Condoléances: Messages

Je vous prie de bien vouloir accepter mes très vives condoléances.
La véritable amitié se partage dans les moments d'épreuve. Le deuil cruel qui vous frappe nous permet de vous dire
Les mots ne suffisent pas pour exprimer l'immense tristesse que je ressens pour la disparition de votre (père, mère...), veuillez
Je n'ai pas les mots pour vous soulager de votre douleur. S'il y a quelque chose que je peux faire

Condoléances: Citations

 Sans doute la mort est-elle l'expérience humaine essentielle et faudrait-il s'y préparer à chaque minute de sa vie ? 
 C'est seulement quand ils plongent dans un très profond sommeil qu'ils s'arrêtent enfin, les humains. Ils sont alors aussi légers
 Celui qui ne peut plus éprouver ni étonnement ni surprise, est pour ainsi dire mort : ses yeux sont éteints. 
 Nous obéissons à quelque chose d'obscurément sacré : la volonté de vivre, qui n'a rien à voir avec la volonté

Condoléances: Poèmes

Horloge ! dieu sinistre, effrayant, impassible, Dont le doigt nous menace et nous dit: «Souviens-toi ! Les vibrantes Douleurs dans
À Jules Berge.  C'est un dimanche soir. — Un large clair de lune Étale son argent sur la grève et la dune. La
L'heure de ma mort, depuis dix-huit mois,  De tous les côtés sonne à mes oreilles,  Depuis dix-huit mois d'ennuis et
C'est un trou de verdure où chante une rivière, Accrochant follement aux herbes des haillons D'argent ; où le soleil,
Copy link
Powered by Social Snap