La crémation, de plus en plus pratiquée

La crémation occupe une place de plus en plus importante dans les pratiques funéraires françaises. Aujourd’hui, 32% des décès donnent ainsi lieu à une incinération, un chiffre qui peut grimper jusqu’à 50% dans les grandes villes. Autorisée par la loi depuis 1889, tolérée par l’Eglise catholique depuis 1963 mais toujours interdite par l’islam et le judaïsme, la crémation est en plein essor, ce qui témoigne d’une évolution des mentalités. 

Les raisons de l’engouement pour la crémation

Le succès de l’incinération s’explique de plusieurs façons. Tout d’abord, par la diminution du nombre de catholiques croyants et pratiquants, qui sont moins susceptibles de choisir ce mode d’obsèques. Ensuite, par les frais souvent exorbitants associés aux enterrements traditionnels ; avec une taxe de crémation d’environ 450 euros, à laquelle il faut toutefois ajouter les frais d’urne, de portage et de cercueil, la crémation est bien plus abordable que les enterrements, qui coûtent plusieurs milliers d’euros. Pour beaucoup, le choix de la crémation permet de ne pas peser sur ceux qui restent ; c’est donc pour ne pas embarrasser leur famille avec un corps encombrant, qui entraine des frais, qu’ils décident de se faire incinérer. 

Un choix parfois difficile à accepter

Si la crémation est populaire lorsqu’il s’agit de planifier ses propres obsèques, elle est plus difficilement acceptée quand il faut organiser celles de ses proches. Ainsi, seuls 15% des parents qui perdent un enfant optent pour cette solution. Parfois, l’incinération est mal vécue. Si, pour certains, elle évite le processus de décomposition et est donc plus « propre » que l’inhumation, pour d’autres, elle est une grande violence. En quelques minutes, les flammes font ce que la nature met des années à accomplir. Réduit en cendres, le corps aimé disparait quasi-instantanément, ce qui peut rendre le deuil plus douloureux. 

Des rituels à réinventer

Ce n’est pas parce que la crémation escamote en un sens le corps des défunts que les rituels doivent disparaitre eux-aussi. Sans rituel, il est difficile de commencer son deuil. Alors que les cérémonies catholiques sont de plus en plus rares, surtout dans le cas de la crémation, il a fallu ritualiser ces obsèques d’un nouveau genre pour que les vivants puissent accompagner le défunt et lui dire au revoir. Ainsi, la majorité des crématoriums proposent aujourd’hui d’organiser des cérémonies laïques, en présence du cercueil, où un officiant présente le défunt et où les proches peuvent dire quelques mots. 

Trouver une place pour les cendres

Placées dans une urne, les cendres peuvent être stockées et manipulées à l’envi, et le caractère nomade de ces restes bouleverse nos repères. Si l’idée de la dispersion dans la mer, en montagne ou dans une forêt et d’une communion de l’âme et du corps avec la nature est plaisante, en réalité, la vaste majorité des cendres est disposée dans des sépultures. Pour les proches, il est en effet bien souvent impensable de ne pas avoir de lieu de recueillement. S’il est interdit, depuis 2008, de garder une urne funéraire chez soi, d’autres solutions sont possibles : placer les cendres dans un colombarium, les inhumer dans un caveau familial ou dans une « cavurne », une petite tombe, ou encore les disperser dans un jardin du souvenir. Ces pelouses, que l’on retrouve dans de nombreux cimetières, sont des lieux de dispersion collectifs, où, comme sur une tombe, on peut venir se recueillir.

Image: Flickr Creative Commons/KamrenB Photography

Cartes de Condoléances

Lorsque nous perdons quelqu'un que nous aimons, il semble que le temps s'arrête.
Je suis de tout coeur avec vous, mes sincères condoléances.
La vie est éphémère, mais le souvenir d'un être cher reste.
Avec vous, sincères condoléances.
Une partie de moi disparue à jamais, une partie de toi pour toujours en moi.
Même la nuit la plus sombre prendra fin et le soleil se lèvera
Même la nuit la plus sombre prendra fin et le soleil se lèvera. Victor Hugo
Le Deuil n'est pas l'absence d'Amour, le Deuil est la preuve que l'Amour est toujours là.
Il est une tristesse si profonde qu'elle ne peut pas même prendre la forme des larmes. (H. Murakami)
Sans les arbres dans lesquels il joue, le vent resterait invisible. (C. Singer)
Parler de ses peines, c'est déjà se consoler
Parler de ses peines, c'est déjà se consoler (A. Camus)
Beaucoup de bons souvenirs me reviennent alors que je pense à notre cher disparu. Que l'amour de la famille et
Tu n'es plus là où tu étais mais tu es partout là où je suis (Victor Hugo)

Condoléances: Articles

Il y a des choses à éviter quand vous envoyez des fleurs de deuil
Il n’est jamais facile de trouver les mots justes à dire à quelqu'un qui subit la perte d’un être aimé.
Lorsque vous envoyez des fleurs d'anniversaire, ou un bouquet romantique, le message est toujours heureux. D'un autre côté, les fleurs
Rendre hommage à un défunt ne doit pas seulement se limiter à la période du deuil. Il est aussi important
Dans le cadre d’un décès d’une jeune femme, les traditionnelles fleurs de deuil sont indispensables pour rendre hommage à la

Condoléances: Messages

Acceptez s'il-vous-plaît mes condoléances pour le décès de votre (fils, frère, épouse, père...). Ce fut un honneur d'avoir connu une
Mes très chers amis, je vous prie de bien vouloir accepter mes très vives et sincères condoléances. Cette nouvelle m'a
Mes plus sincères condoléances à vous et à votre famille. Que Dieu vous donne le réconfort et la tranquillité que
Je ne peux pas imaginer à quel point ce que vous vivez en ce moment est difficile, je sais juste

Condoléances: Citations

 La vie est courte, mais comme c'est long, de la naissance à la mort. 
 Le hasard ne fait toujours que la moitié du chemin.  
 - Vous avez ses yeux ! - Je ne les aurai que s’il me les lègue à sa mort ! 
 Vivre est une maladie... La mort est le remède. 

Condoléances: Poèmes

Puisqu'ils n'ont pas compris, dans leur étroite sphère,  Qu'après tant de splendeur, de puissance et d'orgueil,  Il était grand et
Dans une terre grasse et pleine d'escargots  Je veux creuser moi-même une fosse profonde,  Où je puisse à loisir étaler
L'heure de ma mort, depuis dix-huit mois,  De tous les côtés sonne à mes oreilles,  Depuis dix-huit mois d'ennuis et
À Madame Sureau-Bellet.  I. L'hirondelle frileuse au loin s'était enfuie. Sous les dernières fleurs, les papillons mouraient. Près des étangs voilés où crépitait la