Hommes et femmes vivent-ils le deuil différemment ?

On a longtemps pensé que les hommes faisaient leur deuil plus rapidement que les femmes, et que les veufs, notamment, étaient plus facilement capables de tourner la page que les veuves. Plusieurs études menées ces dernières années montrent que la réalité est plus complexe : les hommes vivent bien souvent le deuil différemment des femmes, c’est vrai, mais cela ne signifie pas qu’ils souffrent moins ou moins longtemps. 

Vivre le décès d’un conjoint

Une étude menée en 2001 aux Pays-Bas et publiée dans The Review of General Psychology a montré que les veufs sont plus susceptibles de contracter des maladies physiques et mentales ou de se suicider que les veuves. En effet, hommes et femmes ressentent différemment la perte d’un conjoint. Les femmes ont généralement le sentiment de se retrouver complètement seules au monde. Mais pour les hommes, c’est encore pire : ils ont l’impression qu’un de leur membre a été arraché, qu’ils ont perdu une partie d’eux-mêmes. Ils se sentent incomplets, incapables de fonctionner seuls, et ce parce qu’aujourd’hui encore, les hommes comptent beaucoup sur les femmes pour l’organisation de la vie quotidienne. 

La perte d’un enfant

La disparition d’un enfant met souvent en lumière la différence entre le deuil des hommes et celui des femmes. Il n’est pas rare que des femmes trouvent leurs maris insensibles, car ils ne ressentent pas le même besoin qu’elles de partager leur souffrance. Lorsqu’ils craquent, c’est souvent seuls, alors que les mères endeuillées ont plus facilement envie de pleurer à chaudes larmes dans les bras de leur maris. Elles en déduisent parfois, et à tort, que leurs compagnons aimaient moins l’enfant qu’elles, ce qui peut créer des incompréhensions et des tensions dans les couples. Le même genre de situation émerge parfois entre un père et sa fille, lorsque la mère décède. 

Comment expliquer cette différence ?

Notre éducation, nos expériences et les attentes de la société façonnent la façon dont nous vivons le deuil. On incite ainsi généralement les garçons, dès le  plus jeune âge, à ne pas pleurer et à ne pas exprimer leurs émotions. Par conséquent, les hommes sont souvent plus tournés vers l’action et le travail que les femmes ; ils ont un rôle de protecteur, qu’ils doivent conserver en toute situation, même dans les moments les plus douloureux de leur vie. Lorsqu’ils perdent un être cher, parent, enfant ou partenaire, on a donc l’impression qu’ils se tournent plus vite vers l’avenir que les femmes, qui vivent davantage leur deuil dans le présent. Toutefois, en gardant leurs émotions sous contrôle, de nombreux hommes ne font qu’empirer la situation.

Respecter le deuil de l’autre, quel quoi soit la forme qu’il prenne

Il y a de multiples façons de vivre le deuil, que l’on soit un homme ou une femme. Il est donc essentiel de respecter les personnes endeuillées et de les laisser libres d’exprimer ou pas leurs sentiments. De la même façon qu’il ne faut jamais dire à quelqu’un qui a perdu son conjoint qu’il faut tourner la page et aller de l’avant, il ne faut pas penser qu’une personne qui retrouve une compagne ou un compagnon après quelques mois de veuvage ne souffre pas et a complètement fait  son deuil : la réalité est toujours plus complexe que les apparences.

Image: flickr creative commons/Alex

Cartes de Condoléances

Si le cœur s'éteint, le souvenir reste.
Même la nuit la plus sombre prendra fin et le soleil se lèvera
Même la nuit la plus sombre prendra fin et le soleil se lèvera. Victor Hugo
La vie est éphémère, mais le souvenir d'un être cher reste.
Tout disparaît en un clin d’oeil, pardonnez souvent, aimez de tout votre coeur.
Tout disparaît en un clin d'oeil, pardonnez souvent, aimez de tout votre coeur.
Je suis de tout coeur avec vous, mes sincères condoléances.
Il y a quelque chose de plus fort que la mort, c'est la présence des absents, dans la mémoire des
Tu n'es plus là où tu étais mais tu es partout là où je suis (Victor Hugo)
La vie a une fin comme une lumière de bougie s'éteint, mais dans le cœur les souvenirs sont à jamais
Je ne peux pas imaginer à quel point ce que vous vivez en ce moment est difficile, je sais juste
Après tout ce temps ... Tu me manques encore chaque jour.
Tu ne sais jamais à quel point tu es fort, jusqu'au jour où être fort reste ta seule option.
Tu ne sais jamais à quel point tu es fort, jusqu'au jour où être fort reste ta seule option.
Le temps passe, les souvenirs s'estompent, les sentiments changent, les gens nous quittent, mais le coeur n'oublie jamais.

Condoléances: Articles

Aujourd’hui, on vit beaucoup en ligne, via nos comptes email, les réseaux sociaux, les blogs ou encore les systèmes de
Dans le cadre d’un décès d’une jeune femme, les traditionnelles fleurs de deuil sont indispensables pour rendre hommage à la
L’annonce du décès d’une personne est très pénible et toutes les étapes qui suivront seront toujours difficiles à gérer pour
Consoler une personne frappée par le deuil constitue une étape très dure, à laquelle vous serez toujours confronté à un

Condoléances: Messages

Quand nous avons appris le décès de votre (époux, épouse, frère…), ce sont beaucoup de bons souvenirs qui ont surgi.
Condoléances à la famille endeuillée. Mes larmes coulent pour un ami, un grand homme.
Je me souviens à quel point votre mère était douce et affectueuse. C'était une femme d'une force et une vivacité
Je suis fier d'avoir connu votre (père, mère...) Il était vraiment un repère dans ma vie et il va beaucoup

Condoléances: Citations

 La vie quotidienne, si elle est sans compréhension, vous poussera à passer à côté de l'amour, de la beauté, de
 La mort est quelquefois un châtiment ; souvent c'est un don ; pour plus d'un, c'est une grâce. 
 Tous vont au convoi du mort et chacun pleure son deuil. 
 Seule, la mort, à qui est confié le renouvellement sacré des choses, nous promet la paix. 

Condoléances: Poèmes

Écrit au nom de M. Puget pour sa femme. 1614.  Belle âme qui fus mon flambeau, Reçois l'honneur qu'en ce tombeau Je suis obligé
Arrêtez les pendules, coupez le téléphone,Empêchez le chien d’aboyer pour l’os que je lui donne,Faites taire les pianos et sans
Mère, quel doux chant me réveille ? Minuit ! c'est l'heure où l'on sommeille. Qui peut, pour moi, venir si tard Veiller et
Quand je mourrai, que l'on me mette,  Avant de clouer mon cercueil,  Un peu de rouge à la pommette,  Un
Copy link
Powered by Social Snap