Hommes et femmes vivent-ils le deuil différemment ?

On a longtemps pensé que les hommes faisaient leur deuil plus rapidement que les femmes, et que les veufs, notamment, étaient plus facilement capables de tourner la page que les veuves. Plusieurs études menées ces dernières années montrent que la réalité est plus complexe : les hommes vivent bien souvent le deuil différemment des femmes, c’est vrai, mais cela ne signifie pas qu’ils souffrent moins ou moins longtemps. 

Vivre le décès d’un conjoint

Une étude menée en 2001 aux Pays-Bas et publiée dans The Review of General Psychology a montré que les veufs sont plus susceptibles de contracter des maladies physiques et mentales ou de se suicider que les veuves. En effet, hommes et femmes ressentent différemment la perte d’un conjoint. Les femmes ont généralement le sentiment de se retrouver complètement seules au monde. Mais pour les hommes, c’est encore pire : ils ont l’impression qu’un de leur membre a été arraché, qu’ils ont perdu une partie d’eux-mêmes. Ils se sentent incomplets, incapables de fonctionner seuls, et ce parce qu’aujourd’hui encore, les hommes comptent beaucoup sur les femmes pour l’organisation de la vie quotidienne. 

La perte d’un enfant

La disparition d’un enfant met souvent en lumière la différence entre le deuil des hommes et celui des femmes. Il n’est pas rare que des femmes trouvent leurs maris insensibles, car ils ne ressentent pas le même besoin qu’elles de partager leur souffrance. Lorsqu’ils craquent, c’est souvent seuls, alors que les mères endeuillées ont plus facilement envie de pleurer à chaudes larmes dans les bras de leur maris. Elles en déduisent parfois, et à tort, que leurs compagnons aimaient moins l’enfant qu’elles, ce qui peut créer des incompréhensions et des tensions dans les couples. Le même genre de situation émerge parfois entre un père et sa fille, lorsque la mère décède. 

Comment expliquer cette différence ?

Notre éducation, nos expériences et les attentes de la société façonnent la façon dont nous vivons le deuil. On incite ainsi généralement les garçons, dès le  plus jeune âge, à ne pas pleurer et à ne pas exprimer leurs émotions. Par conséquent, les hommes sont souvent plus tournés vers l’action et le travail que les femmes ; ils ont un rôle de protecteur, qu’ils doivent conserver en toute situation, même dans les moments les plus douloureux de leur vie. Lorsqu’ils perdent un être cher, parent, enfant ou partenaire, on a donc l’impression qu’ils se tournent plus vite vers l’avenir que les femmes, qui vivent davantage leur deuil dans le présent. Toutefois, en gardant leurs émotions sous contrôle, de nombreux hommes ne font qu’empirer la situation.

Respecter le deuil de l’autre, quel quoi soit la forme qu’il prenne

Il y a de multiples façons de vivre le deuil, que l’on soit un homme ou une femme. Il est donc essentiel de respecter les personnes endeuillées et de les laisser libres d’exprimer ou pas leurs sentiments. De la même façon qu’il ne faut jamais dire à quelqu’un qui a perdu son conjoint qu’il faut tourner la page et aller de l’avant, il ne faut pas penser qu’une personne qui retrouve une compagne ou un compagnon après quelques mois de veuvage ne souffre pas et a complètement fait  son deuil : la réalité est toujours plus complexe que les apparences.

Image: flickr creative commons/Alex

Cartes de Condoléances

Si le cœur s'éteint, le souvenir reste.
Le temps ne guérit pas toujours la douleur, mais il t’apprend parfois à vivre avec.
Le temps ne guérit pas toujours la douleur, mais il t'apprend parfois à vivre avec. Utiliser ce modèle de carte
La vie a une fin comme une lumière de bougie s'éteint, mais dans le cœur les souvenirs sont à jamais
Le Deuil n'est pas l'absence d'Amour, le Deuil est la preuve que l'Amour est toujours là.
Parler de ses peines, c'est déjà se consoler
Parler de ses peines, c'est déjà se consoler (A. Camus)
L'amour ne disparaît jamais... la mort n'est rien. (Saint Augustin)
Le souvenir, c'est la présence invisible. (V. Hugo)
Même la nuit la plus sombre prendra fin et le soleil se lèvera
Même la nuit la plus sombre prendra fin et le soleil se lèvera. Victor Hugo
On est seul ici, et ta lumière me manque.
Je ne cacherai pas ma souffrance, tout comme je ne cachais pas mon amour.
Ceux que nous avons tant aimés ne peuvent jamais tout à fait disparaître
Ceux que nous avons tant aimés ne peuvent jamais tout à fait disparaître.
"Le vrai tombeau des morts, c'est le coeur des vivants" (Jean Cocteau)

Condoléances: Articles

Loin d’être un acte pessimiste, préparer ses propres funérailles est une façon de contrôler le déroulement de ses obsèques et
Quand il s’agit de s’occuper des objets laissés par le disparu, les personnes endeuillées sont souvent confrontées à un dilemme.
Rendre hommage à un défunt ne doit pas seulement se limiter à la période du deuil. Il est aussi important
En marquant le début du processus de deuil et en rassemblant les vivants une dernière fois autour du défunt, le

Condoléances: Messages

Nous voulons vous dire combien nous nous sentons proches de vous au moment où la peine envahit votre coeur.
Ma très chère XXXXXX, je sais que tu traverses des moments épouvantables. Je ne peux t’offrir que mon amitié et
Je ne peux pas imaginer ce que vous devez ressentir en ce moment, mais je veux que vous sachiez que
Je n'ai pas les mots pour vous soulager de votre douleur. S'il y a quelque chose que je peux faire

Condoléances: Citations

Il faut bien que tout le monde vive. Et comme il faut bien que tout le monde meure, ça fait
 Tâchons d'entrer dans la mort les yeux ouverts. 
 On connaît la valeur du sel quand il n'y en a plus, et celle d'un père après sa mort. 
 La mort est le plus profond souvenir. 

Condoléances: Poèmes

Toi qui m'entends sans peur te parler de la mort, Parce que ton espoir te promet qu'elle endort Et que le court
Dans une terre grasse et pleine d'escargots  Je veux creuser moi-même une fosse profonde,  Où je puisse à loisir étaler
La mort est multiforme, elle change de masque  Et d'habit plus souvent qu'une actrice fantasque ;  Elle sait se farder, 
Mourir dans la buée ardente de l'été, Quand parfumé, penchant et lourd comme une grappe, Le coeur, que la rumeur de l'air