Cinq conseils pour aider un ami en deuil à mieux vivre les fêtes de fin d’année

  Les rues qui s’illuminent, les vitrines qui se teintent de couleurs festives, les premiers flocons de neige qui tombent : autant de signes qui montrent que les fêtes de fin d’année approchent, et qui sont attendus avec impatience par tous ceux qui se réjouissent de passer des moments conviviaux en famille. Ce n’est toutefois pas le cas de tout le monde. Pour ceux ont perdu un proche, les fêtes de fin d’année peuvent être un des moments les plus difficiles à passer, et l’absence de l’être aimé s’y fait cruellement sentir. Voici quelques conseils et idées qui vous permettront de soutenir un ami en deuil, et qui l’aideront peut-être à passer une fin d’année moins douloureuse.

 

  1. Offrez-lui un soutien inconditionnel. Quelle que soit la manière dont votre ami souhaite passer les fêtes, soutenez-le. En matière de chagrin, il n’y a pas de règle. Certains voudront maintenir à tout prix les traditions des années passées, tandis que d’autres préfèreront tout bouleverser, ou même rester seuls chez eux. La meilleure chose à faire, dans tous les cas, est d’être patient et compréhensif, et de ne jamais juger. 
  2. Proposez votre aide de façon concrète. Une personne endeuillée n’ose pas forcément demander de l’aide, même si elle en a besoin ou si ça lui ferait plaisir. Prenez les choses en main et offrez votre aide pour faire le ménage ou la cuisine, des tâches qui peuvent être pénibles quand on doit est plongé dans la douleur. Vous pouvez aussi proposer à la personne en deuil de faire son shopping de Noël, de décorer sa maison ou de l’aider à envoyer ses cartes de vœux. 
  3. Ecoutez-le. Non, la mort n’est pas un sujet trop sombre pour les fêtes de fin d’année. Si votre ami veut parler de sa perte, écoutez-le. Vous n’avez pas besoin de répondre, juste de lui prêter une oreille attentive. Parler du défunt et de ses émotions aide à guérir. Surtout, ne lui dites jamais qu’il va s’en remettre et qu’il faut qu’il arrête de ressasser ses idées noires. Au contraire, donnez-lui de l’espoir : un jour, il pourra à nouveau profiter des fêtes. Mais pour l’instant, il a besoin d’être écouté. 
  4. Proposez- lui de faire du bénévolat. Noël et Nouvel An ne sont pas seulement des moments cruels pour ceux qui ont perdu quelqu’un. Les fêtes peuvent également être douloureuses pour les gens dans le besoin. Proposez à votre ami de faire une bonne action avec vous. Emballer des cadeaux au profit d’une association, jouer les Pères Noël pour des enfants malades, aller en cuisine aux Restos du cœur, tenir un stand pour l’Unicef… à l’approche des fêtes, le choix est vaste ! Faire une bonne action permettra peut-être à votre ami à se sentir mieux. 
  5. Pensez au second Noël. Le premier Noël qui suit un décès, la famille endeuillée est généralement entourée. On pense moins au Noël de l’année suivante, qui reste pourtant difficile, car une année ne suffit pas pour faire son deuil. Faites sentir à votre ami que vous n’avez pas oublié sa peine, et ayez une petite attention pour lui.

Cartes de Condoléances

Le temps passe, les souvenirs s'estompent, les sentiments changent, les gens nous quittent, mais le coeur n'oublie jamais.
Lorsque nous perdons quelqu'un que nous aimons, il semble que le temps s'arrête.
"Le vrai tombeau des morts, c'est le coeur des vivants" (Jean Cocteau)
Je ne cacherai pas ma souffrance, tout comme je ne cachais pas mon amour.
La jeunesse offre la promesse du bonheur, mais la vie offre les réalités du deuil.
La jeunesse offre la promesse du bonheur, mais la vie offre les réalités du deuil.
L'amour ne disparaît jamais... la mort n'est rien. (Saint Augustin)
Je suis de tout coeur avec toi en ces moments difficiles.
Ce que la chenille appelle la mort, le papillon l'appelle renaissance.
Tout disparaît en un clin d’oeil, pardonnez souvent, aimez de tout votre coeur.
Tout disparaît en un clin d'oeil, pardonnez souvent, aimez de tout votre coeur.
Parfois, je n'arrive pas à croire que tu as disparu...
Si l’instant est douloureux, convoque les souvenirs heureux
Si l'instant est douloureux, convoque les souvenirs heureux.
Tu ne sais jamais à quel point tu es fort, jusqu'au jour où être fort reste ta seule option.
Tu ne sais jamais à quel point tu es fort, jusqu'au jour où être fort reste ta seule option.

Condoléances: Articles

Il est important de se rappeler que vous pouvez survivre à la douleur. Il peut y avoir des moments où
Il n'est pas toujours évident de trouver les mots à dire à une personne qui a perdu un être cher.
En tant que personne en état de grande souffrance , vous devez assimiler le fait que le deuil nécessite un
Certaines personnes, à l’approche de leur mort, confient à leurs proches qu’elles ne souhaitent pas de funérailles. Pour les personnes

Condoléances: Messages

C'est avec une grande émotion que j'ai appris cette triste nouvelle. Je vous prie de croire en mon affectueux soutien
Je vous prie d’accepter ma respectueuse sympathie. Je sais combien ce malheur vous a atteint et je tiens à ce
Les mots ne suffisent pas pour exprimer l'immense tristesse que je ressens pour la disparition de votre (père, mère...), veuillez
La vie est éphémère, mais le souvenir d'un être cher reste. Nous vous souhaitons beaucoup de courage, et sommes de

Condoléances: Citations

 Heureux qui peut dormir sans peur et sans remords Dans le lit paternel, massif et vénérable, Où tous les siens
 Les modifications se créent d'elles-mêmes au fur et à mesure que nous vivons et que nous pénétrons au coeur des
Ne pleure pas sur les morts qui ne sont plus que des cages dont les oiseaux sont partis
 La mort d'un homme est d'avantage l'affaire des survivants que la sienne. 

Condoléances: Poèmes

Nous aurons des lits pleins d'odeurs légères, Des divans profonds comme des tombeaux, Et d'étranges fleurs sur des étagères, Ecloses
La spirale sans fin dans le vide s’enfonce ; Tout autour, n’attendant qu’une fausse réponse Pour vous pomper le sang,
Dans le clair-obscur de la pièce close, Où brûle une cire au reflet tremblant, Rigide, et grandi par la mort, repose Le corps
J'ai bien assez vécu, puisque dans mes douleurs Je marche, sans trouver de bras qui me secourent, Puisque je ris