À Denis Gérin

Cher ami, le trépas est-il bien aussi sombre 
Qu’un vain peuple le pense ? Et l’onde aux sombres bords, 
Est-elle un ténébreux abîme, un gouffre d’ombre 
Où s’efface à jamais le souvenir des morts ?

Tu le sais, par delà l’horrible latitude, 
Par delà ce flot noir où l’homme est submergé, 
Il est, dans l’Inconnu, un lieu dont l’altitude 
Promet calme et repos au pâle naufragé.

La dépouille qui gît, froide et marmoréenne, 
Se décompose ; mais l’esprit aux vols hardis, 
Libre, attiré par la splendeur élyséenne, 
Monte de ciel en ciel aux plus hauts paradis.

Sur le cher mort qu’on vient de clouer dans sa bière, 
Sur le frère qui part et qui prend les devants 
Pour arriver plus vite au pays de lumière, 
Ne pleurons pas, pleurons plutôt sur les vivants.

Pleurons sur les amis dont les espoirs s’éteignent ; 
Pleurons sur les trésors qu’emporte le cercueil ; 
Oui, pleurons sur tous ceux dont les cœurs blessés saignent 
Dans la nuit de l’exil et dans la nuit du deuil.

 

Nérée Beauchemin

Cartes de Condoléances

Il y a quelque chose de plus fort que la mort, c'est la présence des absents, dans la mémoire des
Tu étais la lumière de ma vie.
Je ne peux pas imaginer à quel point ce que vous vivez en ce moment est difficile, je sais juste
La vie a une fin comme une lumière de bougie s'éteint, mais dans le cœur les souvenirs sont à jamais
Parler de ses peines, c'est déjà se consoler
Parler de ses peines, c'est déjà se consoler (A. Camus)
Le souvenir, c'est la présence invisible. (V. Hugo)
Même la nuit la plus sombre prendra fin et le soleil se lèvera
Même la nuit la plus sombre prendra fin et le soleil se lèvera. Victor Hugo
Le temps ne guérit pas toujours la douleur, mais il t’apprend parfois à vivre avec.
Le temps ne guérit pas toujours la douleur, mais il t'apprend parfois à vivre avec. Utiliser ce modèle de carte
Nous comprenons la mort uniquement après qu’elle ait mis les mains sur une personne que nous aimons
Nous comprenons la mort uniquement après qu'elle ait mis les mains sur une personne que nous aimons. (Anne L. de
Je ne cacherai pas ma souffrance, tout comme je ne cachais pas mon amour.
Sans les arbres dans lesquels il joue, le vent resterait invisible. (C. Singer)
Après tout ce temps ... Tu me manques encore chaque jour.

Condoléances: Articles

Le deuil est une étape difficile, mais également très complexe. Car si certaines personnes ont du mal à partager leur
La perte d’une mère est une immense perte. Trouver les mots de sympathie pour consoler une personne qui a perdu
Pour une maman disparue, le choix des fleurs de deuil est une tâche exigeante. Plusieurs critères doivent être mis en
Les fleurs de deuil sont un réel message de réconfort pour soutenir une famille frappée par le malheur. Voici quelques

Condoléances: Messages

Je viens d’apprendre la triste nouvelle concernant votre (Maman, Papa, Frère…). Le départ d’un(e) (Mère, Père, Frère…) est une étape
Nous sommes tout près de vous dans votre grand malheur. Affection et tendresse.
C'est avec une grande tristesse que nous venons d’apprendre la disparition de XXXX. Nous désirons vous témoigner toute notre affection.
Je suis atterré par la terrible nouvelle. Je suis de tout cœur avec vous.

Condoléances: Citations

 La mort est tellement inéluctable qu’elle prend tout le monde par surprise. 
 J’ai beau mourir, l’univers continue. Cela ne me console pas si je suis autre que l’univers. Mais si l’univers est
 Un homme qui n'est choisi que pour remplacer un mort n'est-il pas voué à la mort par l'exigence du rôle
 Tout prend, à mesure qu'on vieillit, l'allure du souvenir, même le présent. On se considère soi-même comme déjà passé.  

Condoléances: Poèmes

Nous aurons des lits pleins d'odeurs légères,  Des divans profonds comme des tombeaux,  Et d'étranges fleurs sur des étagères,  Ecloses
Puisqu'ils n'ont pas compris, dans leur étroite sphère,  Qu'après tant de splendeur, de puissance et d'orgueil,  Il était grand et
Arrêtez les pendules, coupez le téléphone,Empêchez le chien d’aboyer pour l’os que je lui donne,Faites taire les pianos et sans
Écrit au nom de M. Puget pour sa femme. 1614.  Belle âme qui fus mon flambeau, Reçois l'honneur qu'en ce tombeau Je suis obligé
Copy link
Powered by Social Snap