Faire son deuil sur Facebook

Aujourd’hui plus que jamais, le deuil est public : le chagrin s’affiche sur les réseaux sociaux, se partage et se commente. Facebook est ainsi devenu un espace privilégié pour faire son deuil à l’ère d’internet : en témoigne la multiplication des pages commémoratives, qui rassemblent amis et familles des défunts, mais aussi lointaines connaissances, collègues et parfaits inconnus. Le réseau social est un moyen de communication incroyablement  plus efficace que les traditionnelles notices nécrologiques et célébrations religieuses : il a véritablement révolutionné la façon dont on vit le deuil.

Pages personnelles et comptes de commémoration

Sur Facebook, les mémoriaux peuvent prendre deux formes différentes. Tout d’abord, le réseau social propose, sur demande des proches, de transformer le compte Facebook d’une personne en « compte de commémoration », dont l’accès est réservé aux « amis » du défunt. Pour contourner cette limite, beaucoup préfèrent  cependant créer une page publique, ouverte à tous. Le contenu de ce type de page est choisi par son propriétaire, mais tous les utilisateurs de Facebook peuvent y poster des commentaires, tagger une personne dans une photographie ou encore « liker » une publication. Les pages de commémoration ont quant à elles un contenu très différent, puisqu’elles ont été créées par les défunts, qui y ont mis en ligne ce qu’ils souhaitaient montrer d’eux-mêmes : elles sont comme figées dans le temps, et les commentaires postés s’adressent bien souvent au disparu lui-même. 

Les avantages de Facebook

L’avantage premier des réseaux sociaux, par rapport aux modes de communication traditionnels, c’est qu’ils permettent de faire circuler l’information plus rapidement, et auprès d’un plus grand nombre de personnes. On peut facilement communiquer des détails pratiques, comme l’heure et le lieu de l’enterrement, des liens vers une notice nécrologique ou des articles. Cela attire bien souvent beaucoup de monde aux funérailles, ce qui est perçu de façon positive par les personnes endeuillés. 

Le nombre de « like » est également parfois vu comme une consolation et une tentative de donner du sens à la mort : plus il y en a, plus les proches peuvent se sentir réconfortés. Pour eux, l’effusion de solidarité est la preuve que le défunt n’est pas mort pour rien, et que son histoire touche de nombreux internautes. Les pages commémoratives Facebook servent aussi dans certains cas à sensibiliser les internautes au problème qui a causé le décès comme par exemple l’alcool au volant, une maladie ou un crime. 

Les inconvénients

Cette nouvelle façon de vivre le deuil n’a toutefois pas que des avantages. Quand les pages commémoratives sont ouvertes à tous, elles attirent des étrangers, qui sont touchés par le décès pour des raisons plus ou moins claires : parce qu’ils vivent dans la même ville que lui par exemple, ou parce qu’ils ont perdu quelqu’un dans des circonstances similaires. Ces étrangers laissent parfois des commentaires, qui peuvent interloquer, et parfois même consterner, les proches du disparu. L’autre problème récurrent des pages Facebook consacrées au deuil, ce sont les trolls, ces internautes mal intentionnés qui laissent des commentaires dérangeants ou des images choquantes, provoquant colère, dégoût et chagrin chez les proches endeuillés. Le propriétaire de la page doit alors faire la police, bannir des utilisateurs et supprimer des commentaires.

Cartes de Condoléances

L'amour ne disparaît jamais... la mort n'est rien. (Saint Augustin)
Parler de ses peines, c'est déjà se consoler
Parler de ses peines, c'est déjà se consoler (A. Camus)
Lorsque nous perdons quelqu'un que nous aimons, il semble que le temps s'arrête.
Parfois, je n'arrive pas à croire que tu as disparu...
Nous comprenons la mort uniquement après qu’elle ait mis les mains sur une personne que nous aimons
Nous comprenons la mort uniquement après qu'elle ait mis les mains sur une personne que nous aimons. (Anne L. de
Tu ne sais jamais à quel point tu es fort, jusqu'au jour où être fort reste ta seule option.
Tu ne sais jamais à quel point tu es fort, jusqu'au jour où être fort reste ta seule option.
Ceux que nous avons tant aimés ne peuvent jamais tout à fait disparaître
Ceux que nous avons tant aimés ne peuvent jamais tout à fait disparaître.
"Le vrai tombeau des morts, c'est le coeur des vivants" (Jean Cocteau)
Le malheur de l'avoir perdu ne doit pas nous faire oublier le bonheur de l'avoir connu.
Ce que la chenille appelle la mort, le papillon l'appelle renaissance.
La vie est éphémère, mais le souvenir d'un être cher reste.
On est seul ici, et ta lumière me manque.

Condoléances: Articles

La crémation occupe une place de plus en plus importante dans les pratiques funéraires françaises. Aujourd’hui, 32% des décès donnent
Loin d’être réservé aux personnes âgées, l’écriture d’un testament est un acte essentiel si l’on ne souhaite pas suivre les
Dans le cadre d’un décès, les fleurs permettent de témoigner un soutien et de transmettre sa sympathie à la famille
Ces dernières années,  les mémoriaux en ligne ont fleuri sur le net. Ces espaces de partage et de recueillement dédiés

Condoléances: Messages

On reconnaît la véritable amitié dans les moments difficiles. Le deuil cruel qui vous frappe nous permet de vous dire
Mes plus sincères condoléances à vous et à votre famille. Que Dieu vous donne le réconfort et la tranquillité que
A vous tous et très particulièrement à toi XXXX, nous voulons vous dire notre affection en ces moments de séparation.
Chère XXXX, c’est avec beaucoup de tristesse que je viens d'apprendre le décès de XXXX. Que te dire sinon bon

Condoléances: Citations

 Les cheveux gris sont les fleurs de la mort. 
 Est-ce qu'il n'y a pas un danger de placer le plus important de sa vie après la mort ? 
Le malheur de l'avoir perdu, ne doit pas nous faire oublier, le bonheur de l'avoir connu.
 De nos jours, on peut survivre à tout, sauf à la mort. 

Condoléances: Poèmes

Nous voici aujourd'hui au bord du videPuisque nous cherchons partout le visageque nous avons perdu.Il était notre avenir et nous
Nous aurons des lits pleins d'odeurs légères,  Des divans profonds comme des tombeaux,  Et d'étranges fleurs sur des étagères,  Ecloses
Toi qui m'entends sans peur te parler de la mort, Parce que ton espoir te promet qu'elle endort Et que le court
Dans le clair-obscur de la pièce close, Où brûle une cire au reflet tremblant, Rigide, et grandi par la mort, repose Le corps