Le memento mori, illustration de notre mortalité

Des mosaïstes romains à Picasso en passant par les sculpteurs et les peintres de la Renaissance, le memento mori a inspiré de nombreux artistes. Apparu dans l’Antiquité, ce genre a pour fonction de rappeler à l’homme sa mortalité. « Memento mori, souviens-toi que tu vas mourir », nous répètent ainsi ces œuvres qui affirment le pouvoir de la mort tout en nous rappelant que, même si nous ne pouvons pas maitriser notre destin, il nous faut profiter de la vie maintenant. 

Des formes très diverses

Les memento mori peuvent prendre des formes très diverses, mais un élément y est omniprésent : le crâne, symbole universel de la mort. Dans l’antiquité, on le voyait bien souvent sur les mosaïques qui ornaient les maisons, comme celle, retrouvée dans une demeure de Pompéi, qui le représente aux côtés d’un papillon, emblème de l’âme. L’art chrétien a été tout particulièrement fasciné par les memento mori ; au Moyen-âge, on aimait ainsi les danses macabres, des peintures mêlant morts et vivants, riches et pauvres, qui rappelaient l’inutilité du pouvoir et de l’argent face à la mort. 

Pendant la Renaissance, les memento mori se multiplient avec les transis, ces sculptures qui ornaient les tombes et représentaient les corps des défunts. Le fameux Transi de René de Chalon signé par Ligier-Richier, un squelette décharné tenant son cœur dans une main, est une des œuvres les plus emblématiques de ce mouvement. En peinture, les memento mori célèbrent les valeurs de l’humanisme, et se déclinent sous la forme de portraits qui juxtaposent vie et mort, comme Les Ambassadeurs de Hans Holbein le Jeune et son anamorphose de crâne humain. On peignait aussi des vanités, des natures mortes montrant des crânes posés à côté d’objets lourds de symbolisme, vases, sabliers, bougies, livres, instruments de musique et couronnes de lauriers. Outre-Atlantique, les memento mori ont inspiré les artistes puritains des jeunes Etats-Unis, et ils sont encore bien vivants aujourd’hui dans l’art funéraire mexicain. 

Une illustration pour un éloge funèbre

Les memento mori peuvent tout à fait servir d’illustration à une cérémonie ou à un éloge funèbre. Comme la musique, la poésie ou la prose, ils introduisent une dimension esthétique appréciable, surtout si le défunt était un amoureux de l’art. En nous invitant à la réflexion et à la contemplation, ces images permettent de sublimer la douleur de la mort et de lui donner un sens. Certains memento mori sont pleins de sérénité, comme La Madeleine à la veilleuse de Georges de la Tour, qui représente Marie-Madeleine au faite de sa beauté, la main appuyée sur un crâne, ou l’autoportrait du peintre américain puritain Thomas Smith. D’autres sont plus flamboyants, à l’image du crâne coloré signé par Niki de Saint-Phalle, qui semble se moquer à la fois des morts et des vivants en riant de ses dents d’argent. 

Les memento mori  peuvent également apporter du réconfort aux personnes très malades, ou proches de malades. En effet, si ces œuvres sont avant tout des avertissements, elles  peuvent aussi être vues comme des invitations à profiter de la vie. Quelque part, le « carpe diem », le « cueille le jour » du poète latin Horace, n’est pas très loin du « souviens-toi que tu vas mourir » ; lorsque la mort rôde, le memento mori permet de retrouver un équilibre et nous rappelle la beauté de la vie.

Image: Flickr Creative Commons/seriykotik1970

Cartes de Condoléances

Je ne cacherai pas ma souffrance, tout comme je ne cachais pas mon amour.
Le temps ne guérit pas toujours la douleur, mais il t’apprend parfois à vivre avec.
Le temps ne guérit pas toujours la douleur, mais il t'apprend parfois à vivre avec. Utiliser ce modèle de carte
Le souvenir, c'est la présence invisible. (V. Hugo)
Avec vous, sincères condoléances.
Tu ne sais jamais à quel point tu es fort, jusqu'au jour où être fort reste ta seule option.
Tu ne sais jamais à quel point tu es fort, jusqu'au jour où être fort reste ta seule option.
La vie a une fin comme une lumière de bougie s'éteint, mais dans le cœur les souvenirs sont à jamais
Le Deuil n'est pas l'absence d'Amour, le Deuil est la preuve que l'Amour est toujours là.
La vie est éphémère, mais le souvenir d'un être cher reste.
Sans les arbres dans lesquels il joue, le vent resterait invisible. (C. Singer)
Si l’instant est douloureux, convoque les souvenirs heureux
Si l'instant est douloureux, convoque les souvenirs heureux.
Toute ma vie je me souviendrai de sa gentillesse. Je suis de tout coeur avec vous.
Après tout ce temps ... Tu me manques encore chaque jour.

Condoléances: Articles

S’il permet de rendre hommage au défunt, l’enterrement vise avant tout le mieux-être des vivants. Le rituel des funérailles est
Le deuil est toujours un moment pénible, peu importe vos rapports avec le défunt. Pour adresser votre soutien à la
Les fêtes de fin d’années sont toujours difficiles à vivre pour les personnes endeuillées, car elles les plongent dans un
La période de deuil est toujours très difficile. C’est la raison pour laquelle les proches du disparu ont besoin d’un

Condoléances: Messages

( Nom du défunt ) va beaucoup nous manquer. Il était aimé de tous, et il restera dans nos mémoires
Très cher XXXX, j’ai été très émue d'apprendre la disparition de ton (Papa, Maman, Frère…). Reçois mes pensées les plus
Nous sommes de tout coeur avec vous en ces moments douloureux. C'est une mauvaise nouvelle que nous venons d'apprendre aujourd’hui.
Je veux m’associer à tous ceux qui prennent part à votre affliction. Veuillez recevoir mes condoléances très sincères et croire

Condoléances: Citations

 La gouverne des autres, c'est la mort. Vivre, c'est travailler pour soi. 
 Il n'y a que la mort qui soit vivante dans ce singulier monde qu'on appelle la vie ! 
 Ce n'est pas le linceul qui fait le mort. 
 La seule solution définitive est la mort. Elle seule donne la paix à celui qui est mort, comme à ceux

Condoléances: Poèmes

Fable IX, Livre I. La mort, reine du monde, assembla certain jour,  Dans les enfers, toute sa cour.  Elle voulait
Dans le clair-obscur de la pièce close, Où brûle une cire au reflet tremblant, Rigide, et grandi par la mort, repose Le corps
Un pauvre Bûcheron, tout couvert de ramée, Sous le faix du fagot aussi bien que des ans Gémissant et courbé,
Je songeais, sous l'obscur de la nuit endormie, Qu'un sépulcre entr'ouvert s'apparaissait à moi. La Mort gisait dedans toute pâle
Copy link
Powered by Social Snap