À Laure, duchesse d'A.

Puisqu’ils n’ont pas compris, dans leur étroite sphère, 
Qu’après tant de splendeur, de puissance et d’orgueil, 
Il était grand et beau que la France dût faire 
L’aumône d’une fosse à ton noble cercueil ;

Puisqu’ils n’ont pas senti que celle qui sans crainte 
Toujours loua la gloire et flétrit les bourreaux 
A le droit de dormir sur la colline sainte, 
A le droit de dormir à l’ombre des héros ;

Puisque le souvenir de nos grandes batailles 
Ne brûle pas en eux comme un sacré flambeau ; 
Puisqu’ils n’ont pas de cœur, puisqu’ils n’ont point d’entrailles, 
Puisqu’ils t’ont refusé la pierre d’un tombeau ;

C’est à nous de chanter un chant expiatoire ! 
C’est à nous de t’offrir notre deuil à genoux ! 
C’est à nous, c’est à nous de prendre ta mémoire 
Et de l’ensevelir dans un vers triste et doux !

C’est à nous cette fois de garder, de défendre 
La mort contre l’oubli, son pâle compagnon ; 
C’est à nous d’effeuiller des roses sur ta cendre, 
C’est à nous de jeter des lauriers sur ton nom !

Puisqu’un stupide affront, pauvre femme endormie, 
Monte jusqu’à ton front que César étoila, 
C’est à moi, dont ta main pressa la main amie, 
De te dire tout bas : Ne crains rien ! je suis là !

Car j’ai ma mission ; car, armé d’une lyre. 
Plein d’hymnes irrités ardents à s’épancher, 
Je garde le trésor des gloires de l’Empire ; 
Je n’ai jamais souffert qu’on osât y toucher !

Car ton cœur abondait en souvenirs fidèles ! 
Dans notre ciel sinistre et sur nos tristes jours, 
Ton noble esprit planait avec de nobles ailes, 
Comme un aigle souvent, comme un ange toujours !

Car, forte pour tes maux et bonne pour les nôtres, 
Livrée à la tempête et femme en proie au sort, 
Jamais tu n’imitas l’exemple de tant d’autres, 
Et d’une lâcheté tu ne te fis un port !

Car toi, la muse illustre, et moi, l’obscur apôtre, 
Nous avons dans ce monde eu le même mandat, 
Et c’est un nœud profond qui nous joint l’un à l’autre, 
Toi, veuve d’un héros, et moi, fils d’un soldat !

Aussi, sans me lasser dans celte Babylone, 
Des drapeaux insultés baisant chaque lambeau, 
J’ai dit pour l’Empereur : Rendez-lui sa colonne ! 
Et je dirai pour toi : Donnez-lui son tombeau !

 

Victor Hugo

Cartes de Condoléances

Si le cœur…
Si le cœur s’éteint, le souvenir reste.… Lire la Suite
Le problème, c'est que vous pensez…
Le problème, c’est que vous pensez avoir le temps.… Lire la Suite
Je suis de tout coeur avec vous
Je suis de tout coeur avec vous, mes sincères condoléances.… Lire la Suite
Nous comprenons la mort
Nous comprenons la mort uniquement après qu’elle ait mis les mains sur une personne que nous aimons. (Anne L. de
Lorsque nous perdons quelqu'un que nous aimons
Lorsque nous perdons quelqu’un que nous aimons, il semble que le temps s’arrête.… Lire la Suite
À quel point tu es fort…
Tu ne sais jamais à quel point tu es fort, jusqu’au jour où être fort reste ta seule option.… Lire
Après tout ce temps
Après tout ce temps … Tu me manques encore chaque jour.… Lire la Suite
Parler de ses peines
Parler de ses peines, c’est déjà se consoler (A. Camus)… Lire la Suite
Vivre avec la douleur
Le temps ne guérit pas toujours la douleur, mais il t’apprend parfois à vivre avec… Lire la Suite
Avec vous
Avec vous, sincères condoléances.… Lire la Suite
Nous partageons
Nous partageons votre douleur. Toutes nos condoléances.… Lire la Suite
La vie est éphémère…
La vie est éphémère, mais le souvenir d’un être cher reste.… Lire la Suite

Condoléances: Articles

Les forums dédiés au deuil
Aujourd’hui, pour beaucoup de Français, le processus de deuil se passe en partie en ligne. Selon la personnalité, les habitudes
Deuil : quand faut-il envoyer des fleurs ?
Le chemin du deuil est jalonné de fleurs. Depuis l’annonce officielle du décès de la personne, les fleurs seront présentes
Envoyer ses condoléances par SMS
Le fait de présenter ses condoléances n’est pas une obligation, mais reste un très beau geste et qui peut toujours
Cinq conseils pour aider un parent en deuil
Lorsque l’on perd un parent, la douleur est double : d’un côté, l’enfant doit faire face à son propre chagrin,

Condoléances: Messages

Ma très chère XXXXXX, je sais que tu traverses des moments épouvantables
Ma très chère XXXXXX, je sais que tu traverses des moments épouvantables. Je ne peux t’offrir que mon amitié et
Veuillez accepter mes condoléances les plus sincères, les mots ne peuvent pas exprimer la tristesse que vous ressentez en ce
Veuillez accepter mes condoléances les plus sincères, les mots ne peuvent pas exprimer la tristesse que vous ressentez en ce
Je suis fier d'avoir connu votre (père, mère…) Il était vraiment un repère dans ma vie et il va beaucoup
Je suis fier d’avoir connu votre (père, mère…) Il était vraiment un repère dans ma vie et il va beaucoup
En partageant votre peine profonde, nous voulons vous aider à l'atténuer.
En partageant votre peine profonde, nous voulons vous aider à l’atténuer.… Lire la Suite

Condoléances: Citations

 Le plus semblable aux morts meurt le plus à regret. …
 Le plus semblable aux morts meurt le plus à regret. … Lire la Suite
 Mourir fait partie de la vie. Et ceux qui ont peur de la mort sont aussi ceux q…
 Mourir fait partie de la vie. Et ceux qui ont peur de la mort sont aussi ceux qui ont peur
 La vie et la mort boxent dans la même catégorie. …
 La vie et la mort boxent dans la même catégorie. … Lire la Suite
 Vieillir, c'est découvrir la transparence, brûler les frontières, fondre les li…
 Vieillir, c’est découvrir la transparence, brûler les frontières, fondre les limites, abattre les paravents… Y-a-t-il plus passionnant voyage que celui

Condoléances: Poèmes

La Sérénade, de Sophie d'Arbouville
Mère, quel doux chant me réveille ?  Minuit ! c’est l’heure où l’on sommeille.  Qui peut, pour moi, venir si
Ma Mort, d'Evariste de Parny
De mes pensers confidente chérie,  Toi, dont les chants faciles et flatteurs  Viennent parfois suspendre les douleurs  Dont les Amours
Le dernier adieu, de René-François Sully Prudhomme
Quand l’être cher vient d’expirer,  On sent obscurément la perte,  On ne peut pas encor pleurer :  La mort présente
L'isolement
Souvent sur la montagne, à l’ombre du vieux chêne,  Au coucher du soleil, tristement je m’assieds ;  Je promène au
Retour haut de page