Roger Judrin

Cartes de Condoléances

 Dans la graine, la vie est cachée dans la mort ; dans le fruit, la mort est cachée dans la
 La beauté est une omniprésence de la mort et du charme, une tristesse souriante qu'on discerne dans la nature et
 La mort détruit mais la vie dégrade. 
 Il y a trois sortes d'êtres : les vivants, les morts et les marins. 
 La mort révèle l'amour, c'est l'inconsolable qui pleure l'irremplacable. 
 Les fous du ciel trouvent grisant d’être suspendus entre l’illusion d’immortalité et la réalité de la mort. 
 Non, je ne crains pas la mort. Seulement, je trouve que la providence a mal arrangé les choses. Ainsi je
 Il est préférable de mourir de mort naturelle que d'ennui. 
 Ce qu'il y a de consolant avec la mort, c'est qu'elle ne fait pas de jaloux. 
 On ne peut juger de la beauté de la mort que par celle de la vie. 
Gérer une mort soudaine est particulièrement difficile,  non pas parce que la douleur est plus forte que lorsqu’un décès survient
 Le vrai sage ne craint pas la mort car il sait que la mort n'est rien. La conscience ne souffre

Condoléances: Articles

 La naissance est le lieu de l'inégalité. L'égalité prend sa revanche avec l'approche de la mort. 
 La vie est une grande surprise. Pourquoi la mort n'en serait pas une plus grande ? 
Mère, quel doux chant me réveille ? Minuit ! c'est l'heure où l'on sommeille. Qui peut, pour moi, venir si tard Veiller et
Meurt-on pour rien ? Hélas !

Condoléances: Messages

 La mort ronge tous les jours ce que nous appelons vivre, et la vie avale sans arrêt notre désir du
 A la perte de ceux qu'on aime, c'est moins leur vie qui nous échappe que leur mort qui nous envahit. 
Je viens de prendre connaissance du décès de XXXX. Nous savons qu'un jour l'existence se termine pour chacun d’entre nous.
 - Vous avez ses yeux ! - Je ne les aurai que s’il me les lègue à sa mort ! 

Condoléances: Citations

 A force de lire et de lire, le monde est mort, Et nul n'est devenu savant ! 
Salut ! derniers beaux jours ; le deuil de la nature convient à la douleur, et plaît à mes regards.
 Commencer un livre, ce sont les ténèbres à traverser. Pis encore, c'est un voyage au pays des morts. 
 La femme est la porte par laquelle on peut pénétrer dans le domaine de la mort comme dans celui de

Condoléances: Poèmes

 On entre, on crie, Et c'est la vie ; On bâille, on sort, Et c'est la mort. 
 Qu'on l'imagine céleste ou terrestre, l'immortalité, quand on tient à la vie, ne console pas de la mort. 
 Quand on a remonté sa montre, est-ce du temps que l'on crée, ou l'heure de la mort qu'on nourrit ? 
Nous ne pourrons jamais dire au revoir à un homme qui restera à jamais dans notre coeur.