Parler de la mort

La mort est, dans notre société, un tabou, et en parler fait naitre toutes sortes de sentiments : la panique, la tristesse, le désespoir, l’angoisse… Et pourtant, c’est aussi notre seule véritable certitude, aussi difficile à admettre soit-elle. En parler est donc une violence nécessaire ; ne pas l’évoquer du tout est un déni qui aura forcément des conséquences négatives.

Le deuil 2.0

Il y a de multiples façons de faire son deuil et de se remémorer la personne que l’on a perdu. Certains vont se promener en forêt, d’autres assistent à des groupes de deuil ou allument une bougie devant une photographie du défunt…  et d’autres se branchent sur internet.

Surmonter le deuil de son enfant

Le décès d’un enfant est sans conteste le plus grand drame qu’un parent peut être amené à vivre. C’est une véritable amputation, la mort d’une partie de soi-même, qui laisse derrière elle un cratère qui ne sera jamais comblé. Lorsqu’un enfant disparait, l’ordre des choses est bouleversé : on est dans le non-sens total, et le sentiment d’injustice et de culpabilité est immense.

Exprimer sa douleur par l'art

Les mots ne sont pas la seule façon d’exprimer nos sentiments : on peut aussi danser et jouer de la musique, imaginer et dessiner, peindre et coller, façonner et modeler. L’art, sous toutes ses formes, est un formidable exutoire ; il apporte du réconfort à ceux qui traversent la douloureuse épreuve du deuil et qui n’arrivent pas à exprimer leurs sentiments par la parole.

Les effets physiques du deuil

Après la mort d’un proche, il n’est pas rare de voir apparaitre des symptômes gênants, ou de voir s’intensifier des problèmes de santé déjà existants. Ce n’est pas une coïncidence : si le processus de deuil est avant tout mental, les sentiments se manifestent également de façon physique.

Gérer une mort soudaine

Gérer une mort soudaine est particulièrement difficile,  non pas parce que la douleur est plus forte que lorsqu’un décès survient au terme d’une longue maladie, mais parce que le choc et l’étonnement sont tels qu’ils diminuent notre capacité à affronter la disparition d’un être aimé. Sans que l’on ait eu le temps de se préparer ou de dire au-revoir, on est face au vide.

Pages

Suivez-nous sur Facebook

Trouver une citation

 Refouler la mort, c’est ne pas savoir vivre. 

... Ou un message de condoléances

Je sais que tu as passé des jours difficiles avec la douleur de perdre un être cher, j’espère que le temps atténuera ton chagrin. C'est vraiment un immense regret pour moi de ne pas avoir pu venir, mais sache que je suis avec toi dans cette épreuve. Je t’embrasse très fort,

Partagez une carte