Perdre un ami

Malgré l’importance que donne notre société à la valeur de l’amitié, perdre un ami est souvent considéré comme un évènement moins douloureux que le décès d’un membre de sa propre famille. Et pourtant, lorsque l’on perd un ami proche, on peut ressentir une peine immense, qu’on ne doit en aucun cas minimiser ou essayer d’étouffer. Il faut également faire un travail de deuil, qui commence dès les obsèques, moment idéal pour honorer la mémoire d’un ami cher. 

Proposer de l’aide à la famille endeuillée

Témoins du chagrin ressenti par la famille d’un ami qui vient de disparaitre, beaucoup ont le reflexe de se mettre en retrait. Les mots ne viennent pas, on ne sait pas comment réconforter la femme qui vient de devenir veuve ou le père a perdu son enfant, et on a peur d’être de gêner et d’être de trop. Rester à l’écart serait cependant une erreur ; les proches de votre ami sont sous le choc, et leur quotidien en est profondément transformé. Ils ont besoin d’attention et de soutien, surtout dans les premiers temps, lorsqu’il faut organiser les funérailles et prendre des décisions difficiles. Même si la famille de votre ami ne vous demande rien, proposez votre aide et donnez votre temps. Cela vous permettra, d’un côté, de manifester votre amitié, même après la mort, et, de l’autre, de faire un cadeau précieux à une famille qui se sent seule et isolée. 

Participer à l’organisation des obsèques

Il est ainsi possible d’alléger la vie quotidienne d’une famille bouleversée en aidant à faire les courses ou en gardant les enfants. Mais vous pouvez aussi participer de façon active à l’organisation des funérailles ; n’hésitez pas à prendre les choses en main et à accompagner le conjoint d’une amie décédée chez un entrepreneur de pompes funèbres pour l’aider à faire les choix les plus judicieux. Le respect, composante essentielle de l’amitié, devra guider votre comportement : écoutez les désirs des proches et respectez les volontés de votre ami. Durant tout ce processus, il ne faut pas hésiter à exprimer sa solidarité de façon physique et à extérioriser son chagrin,  en prenant par exemple dans les bras l’époux, la fille ou le père d’un ami, même si c’est quelque chose que l’on ne ferait jamais en temps normal. En même temps que votre aide, vous offrez ainsi votre présence. 

Prendre la parole pendant la cérémonie

La cérémonie des obsèques permet de rendre un dernier hommage au défunt en présence de ceux qui l’ont aimé et de ceux qui l’ont côtoyé. La lecture d’un texte est une bonne façon de se remémorer et d’honorer le disparu. Comme il se peut que les membres de la famille soient trop émus pour prendre la parole pendant les funérailles ou pour trouver les mots pour s’exprimer, vous pouvez y prononcer un discours : c’est le moment d’évoquer le souvenir du disparu et de raconter des anecdotes qui allègeront l’atmosphère. Si vous avez peur que l’émotion vous envahisse ou que l’assemblée vous intimide, n’hésitez pas à prendre la parole à plusieurs : une bande d’amis peut tout à fait écrire et lire un texte d’hommage ensemble.

Image: Flickr Creative Commons / seyed mostafa zamani

default

Suivez-nous sur Facebook